6 Nations : Gaël Fickou - George North, duel à l'aile vu par Vincent Clerc

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
Gaël Fickou dans un duel aérien avec George North
Gaël Fickou dans un duel aérien avec George North | AFP - FRANCK FIFE

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Deuxième meilleur marqueur d'essais en équipe de France, l'ancien ailier Vincent Clerc, consultant pour France Télévisions, est la personne idéale pour évoquer les clés du duel entre George North et Gaël Fickou, lors du match Galles - France (17h45 en direct sur France Télévisions).

George North, à l'aube de sa 94e sélection avec le pays de Galles, a joué à cinq reprises au poste de centre avec les Diables Rouges, pour 88 autres au poste d'ailier. Gaël Fickou, c'est l'exact opposé. Il va honorer sa 54e cape, mais a joué à cinq reprises à l'aile, et les 48 autres matches au centre. Cet après-midi, ils seront pourtant face-à-face. Capitaine de la défense française au poste de trois-quarts centre, le Parisien a en effet été déplacé sur l'aile pour compenser les blessures de Damian Penaud et Vincent Rattez. Un changement qui pose de nombreuses questions. Vincent Clerc, qui a joué avec Fickou et a affronté North, est bien placé pour fixer les clés de cet affrontement.

Gaël Fickou, du centre à l'aile, ça change quoi ?

"Ce repositionnement change beaucoup de choses car il n’aura pas le même travail. En jouant 12 ou 13, il avait un rôle plus central. Là, c’est lui qui va être quasiment le dernier défenseur avec l’arrière. Il va devoir gérer le jeu au pied de Dan Biggar. Les Gallois sont très bons dans ce secteur là, avec des coups de pied de pression, rasants, d'occupation. Il aura plus d’espaces à gérer sur le plan individuel, et moins à faire respecter la cohésion de la ligne défensive. Il a eu à remplir ce rôle déjà à plusieurs reprises. Même si ce n’est pas là qu’il est le plus à l’aise, puisqu’il passe 98% de son temps au centre, il n’a pas d’appréhension ni de stress du poste."

à voir aussi 6 Nations : comment Cyril Baille a bousculé la hiérarchie des piliers gauche 6 Nations : comment Cyril Baille a bousculé la hiérarchie des piliers gauche

Ses atouts face à George North ?

"Il a de grosses capacités dans les airs. On le voit souvent rattraper des chandelles offensives. Face à George North, le choix est également là : combattre dans les duels aériens. Sa taille et son timing sont très intéressants. Le Gallois est très bon sur les ballons hauts, notamment parce qu’il arrive à les capter les bras en l’air en sautant, ce qui rajoute de la hauteur. Il a beaucoup de puissance, mais Gaël aussi, même s’il est moins lourd que North. Gaël a de grosses qualités défensives, mais également offensives avec une belle pointe de vitesse. C’est un gros finisseur. Sur l'affrontement physique, je ne me fais aucun souci pour lui. Gaël ne doit pas faire de complexes, car il a autant de talent. Ce qui lui manque, c’est l’expérience. Mais quand on connaît ses points faibles, sur un match, on peut les anticiper."

Jouer face à North, c'est un casse-tête ?

"George North est fort dans les petits espaces, car il a des appuis très vifs pour quelqu’un de son poids. Il maîtrise très bien son raffut. Il ne faudra pas que Gaël se fasse déborder. C’est aussi l’intérêt d’utiliser la rush defense, car Fickou aura plus à défendre sur Leigh Halfpenny que sur North, dont s'occupera Anthony Bouthier qui devra fermer sur lui. Si le travail se fait correctement, North n’aura que peu de ballons. Mais c'est un scoreur qui veut marquer beaucoup d’essais : il joue donc beaucoup autour des rucks, se propose à l’intérieur du 9 ou du 10. Il est donc dangereux aussi dans sa mobilité."

à voir aussi 6 Nations : les "finisseurs", ce terme si cher à Fabien Galthié, sélectionneur du XV de France 6 Nations : les "finisseurs", ce terme si cher à Fabien Galthié, sélectionneur du XV de France

La clé pour dominer George North ?

"L’une des faiblesses de la rush defense, c’est qu’on s’expose au jeu au pied de pression. La couverture doit être parfaite. Il faut savoir anticiper ce que va faire le N.10, prendre l’information sur les espaces. C’est pour cela que l’expérience est importante, mais aussi la communication avec l’arrière. Dans les 50-60 premières minutes, cette défense ne pose pas de problème. C’est quand la fatigue s’installe que cela pose souci, avec une ligne qui n’est plus homogène. On l’a vu à nos dépens contre l’Angleterre et l’Italie, qui ont su trouver des espaces.  Une rush defense mal faite ouvre beaucoup de portes. Pour revenir à George North, il se retourne un peu moins vite quand il monte fort, et des jeux au pied dans son dos peuvent donc être intéressants. Sur la vivacité, il reste un joueur au grand gabarit. Mais il a peu de points faibles."