6 Nations - France - Galles, un choc pour casser la rengaine

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
Guilhem Guirado et Yoann Huget en souffrance avec l'équipe de France
Guilhem Guirado et Yoann Huget en souffrance avec l'équipe de France | AFP - FRANCK FIFE

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le 97e match de l'histoire entre l'équipe de France et le pays de Galles (vendredi, 21h en direct sur France 2), en ouverture du Tournoi des 6 Nations, est sans doute le plus important de ces dernières années. Entre des Bleus en mal de confiance, vainqueurs de seulement 3 matches en 2018, et qui n'ont battu qu'une seule fois ces Gallois depuis 2012, et un XV du Poireau engagé dans une série de 9 victoires consécutives, la balance semble sérieusement pencher en faveur des visiteurs.

Une dynamique opposée

D'un côté, l'équipe du pays de Galles, engagée dans une série de 9 victoires consécutives, et qui vient de réaliser pour la première fois de son histoire un sans-faute lors de la tournée d'automne. Au vue des talentueuses générations passées, cela montre la portée de cet exploit. De l'autre côté, l'équipe de France, battue pour la première fois de son histoire par le Fidji dans le dernier match de la tournée de novembre, et qui n'a remporté que trois succès sur toute l'année 2018. 

Le combat paraît inégal, d'autant plus que les Gallois n'ont perdu qu'une seule fois contre les Français depuis 2012. Et encore, cette défaite (en 2017) est entachée d'une longue polémique autour d'un remplacement en toute fin de match de Uini Atonio par Rabah Slimani, pour un prétendu protocole commotion. L'essai vainqueur marqué dans le temps additionnel avait fait beaucoup parler. "Nous arrivons à ce match avec une série impressionnante de résultats, mais nous savons combien il sera difficile de faire face à la France à Paris lors de l'ouverture du Tournoi", tempère toutefois Warren Gatland, le sélectionneur du XV du Poireau.

Parole à la défense

Jacques Brunel, le sélectionneur estime que le pays de Galles est "la meilleure défense d'Europe". Depuis son arrivée à la tête des Bleus, il a placé ce secteur de jeu parmi ses priorités. Et si la France a perdu 8 de ses 11 matches la saison passée, nombre d'entre eux l'ont été sur un tout petit écart: 15-13 contre l'Irlande, 14-13 contre les Gallois, 32-26 face à l'Ecosse, 29-26 contre l'Afrique du Sud, ou encore 21-14 face aux Fidjiens. 

La "rush-défence" mise en place par Warren Gatland a souvent fait des ravages. Cette montée ultra-rapide sur l'adversaire l'empêche de développer son jeu. En 2018, Springboks (11 points), Ecossais (10 points) et Australiens (6) s'y sont cassés les dents. Face à cette "défense forte", il faudra être "fort moralement" et patient, "car ce n'est pas possible que cette équipe de Galles cède rapidement", anticipe le sélectionneur. Les Bleus doivent également se mettre au niveau.

Un changement de cap

Beaucoup de choses ont été dites sur la composition du XV de France pour cette rencontre. La mise à l'écart de Mathieu Bastareaud, la paire de centres Ntamack-Fofana, la charnière Parra-Lopez, la titularisation de Willemse... Clairement, Jacques Brunel et ses adjoints ont voulu donner à leur équipe plus de mouvement. Sans pour autant faire une croix sur le défi physique. Le pack français, qui accuse 962kg sur la balance, est le plus lourd de l'histoire. "C'est vrai, je ne sais pas si j'ai déjà eu autant de poids derrière!", se demandait jeudi le pilier gauche Jefferson Poirot. "J'espère qu'on en profitera sur le secteur de la mêlée, et notre boulot sera de créer un début d'avancée pour que derrière on puisse transformer le jeu et mettre de la vitesse."

Mais le XV du Poireau n'a pas non plus joué dans la continuité. Warren Gatland, l'emblématique sélectionneur néo-zélandais, a décidé de titulariser Tomos Williams à la mêlée, pour son premier match dans le Tournoi, associé au Néo-Zélandais de naissance, Gareth Anscombe. Il a donc fait une croix sur le duo expérimenté Gareth Davies-Dan Biggar. Et avec la blessure du métronome au pied, Leigh Halfpenny, et celle du N.8 percutant Faletau, les Gallois perdent des arguments.

Composition des équipes

France: Médard - Penaud, Fofana, Ntamack, Huget - (o) Lopez, (m) Parra - Iturria, Picamoles, Lauret - Willemse, Vahaamahina - Atonio, Guirado (cap.), Poirot.  Remplaçants:  J. Marchand, Priso, Bamba, Lambey, Alldritt, Serin, Fickou, Doumayrou

Pays de Galles: Li. Williams - North, J. Davies, Parkes, Adams - (o) Anscombe, (m) To. Williams - Tipuric, Moriarty, Navidi - A. W. Jones (cap.), Beard - Francis, Owens, R. Evans. Remplaçants: Dee, W. Jones, Lee, C. Hill, Wainwright, G. Davies, Biggar, Watkin
    
Arbitre: Wayne Barnes (ENG)