6 Nations : Fickou déplacé à l'aile, Vakatawa-Vincent associés au centre contre le pays de Galles

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
Le trois-quarts centre de l'équipe de France Virimi Vakatawa
Le trois-quarts centre de l'équipe de France Virimi Vakatawa | MAXPPP - YOAN VALAT

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Face au nouveau forfait de Damian Penaud à l'aile et celui de son remplaçant Vincent Rattez, l'encadrement de l'équipe de France a décidé de déplacer Gaël Fickou du poste de trois-quarts centre à celui d'ailier, pour défier le pays de Galles samedi (17h45 en direct sur France Télévisions). Virimi Vakatawa, de retour après son forfait contre l'Italie, retrouve sa place au centre et sera associé à Arthur Vincent, dont c'est la 2e titularisation consécutive. Ce sont les seuls changements dans l'équipe de départ pour défier le pays de Galles. Jefferson Poirot, ancien vice-capitaine, ne fait pas partie des 23.

La continuité avant tout. Un changement en tout et pour tout. Entre la victoire difficile contre l'Italie et le match contre le pays de Galles, le XV de France n'a changé qu'un joueur dans son équipe de départ.

La blessure de Vincent Rattez au Stade de France a en effet contraint le staff tricolore à lui trouver un successeur à l'aile. Les techniciens ne sont pas allés très loin, puisqu'ils ont décidé de déplacer Gaël Fickou du centre à l'aile, pour le remplacer par Virimi Vakatawa, blessé contre l'Italie, qui sera associé à Arthur Vincent. Un choix osé puisque, au-delà de jouer plus régulièrement centre qu'ailier, le joueur du Stade Français est surtout le capitaine de la défense tricolore, l'un des atouts de l'équipe. Au coeur du jeu lorsqu'il est centre, il peut replacer, rappeler, haranguer. Là, il sera sur l'aile. Aura-t-il la même influence sur le jeu défensif ? "Avec notre formule de défense, cela ne pose pas de problème majeur", a balayé Fabien Galthié. "C'est un choix motivé par la cohérence, avec l'idée de ne pas faire bouger les lignes dans une équipe en construction." Ce sont les deux seules modifications pour jouer un choc au Principality Stadium, face aux tenants du titre et auteurs du Grand Chelem en 2019. 

 

16 titulaires en trois matches

Réussite ou gestion parfaite ? Sans doute un peu des deux. Depuis l'annonce du groupe de 42 joueurs appelés à préparer le Tournoi des 6 Nations, Fabien Galthié et son staff peuvent s'appuyer sur un XV de départ presque identique à chaque match. Avant d'affronter le XV du Poireau, samedi, pour le compte de la 3e journée du Tournoi des 6 Nations, ils ne sont que 16 à avoir débuté chacun des trois matches. Du 1 au 10, ce sont les mêmes joueurs qui ont débuté chacun des trois matches. Hormis Arthur Vincent, intégré face à l'Italie suite à la blessure et au forfait de Virimi Vakatawa, tous les autres étaient sur le terrain au coup d'envoi de France-Angleterre, le 2 février dernier.

Rarement les prédécesseurs de Galthié ont bénéficié d'une telle continuité. Ce n'est pas totalement un hasard non plus. A son arrivée aux manettes, le nouveau staff avait pointé du doigt une carence : trop de blessés ou de convalescents lors des débuts de semaine de préparation. Le nouveau sélectionneur évoquait même le chiffre de 30% de joueurs blessés ou en méforme. C'est pour cela qu'une liste de 42 joueurs a été pour la première fois instituée (contre 31 dans le passé), avec une liste de 28 joueurs conservés "au frais" même lors des journées de Top 14 disputées entre les matches du Tournoi. Les faits lui ont donné raison: 7 forfaits (dont celui de Damian Penaud la veille du match) entre la liste des 42 le 8 janvier et le match contre l'Angleterre le 2 février, 5 avant l'Italie et 6 avant le pays de Galles. Mais jusque-là, les titulaires sont épargnés. "Cette équipe se construit et il faut trouver un noyau dur, des titulaires. On doit trouver une répétition dans les compositions d'équipe", avançait Vincent Clerc, l'ex ailier du XV de France aujourd'hui consultant France Télévisions, après la victoire sur les Anglais. La ligne de conduite est tenue pour le moment.

Exit du banc Jefferson Poirot 

Cela n'empêche pas le banc des remplaçants de bouger. Après n'avoir placé que deux arrières face à l'Italie, Fabien Galthié a décidé d'en remettre trois à Cardiff. Logique pour faire face aux vagues rouges et au jeu déployé du pays de Galles. Serin, Jalibert et Ramos sont donc sur le banc. En revanche, Jefferson Poirot, vice-capitaine de l'équipe de France au Japon, disparaît de la feuille de match, au profit de Jean-Baptiste Gros (RCT). "Il performe depuis deux ans dans son club", a justifié Fabien Galthié. "On a reconstitué une équipe de finisseurs qui nous apporte vraiment un plus en fin de match, et qui répond à ce qu'on leur demande." Un seul 2e ligne prendra place (Taofifenua) alors que Dylan Crétin (LOU) pourrait fêter sa première sélection, puisqu'il a été pris à la place de Boris Palu (Racing 92) en 3e ligne.

Fabien Galthié a fixé le cap, en rebondissant sur la polémique créée par le pilier gallois et par l'entraîneur chargé des avants qui parlait de "tricherie" de la mêlée française : "C'est un manque de respect pour notre mêlée, un manque de respect pour notre équipe, un manque de respect pour le rugby français, un manque de respect pour notre nation. On a besoin de se faire respecter. Nous souhaitons nous faire respecter." Dès samedi à Cardiff ?