6 Nations : Arthur Vincent, seul changement dans le XV de France contre l'Italie

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
Le trois-quarts centre international Arthur Vincent
Le trois-quarts centre international Arthur Vincent | AFP - YANN COATSALIOU

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'encadrement de l'équipe de France a décidé de reconduire dans sa quasi-intégralité le XV de France vainqueur de l'Angleterre, pour affronter dimanche l'Italie lors de la 2e journée du Tournoi des 6 Nations (en direct sur France Télévisions). Un seul changement a été apporté, par la force des choses, puisque Virimi Vakatawa, blessé, laisse sa place de centre à Arthur Vincent chez les 3/4. Cela oblige le staff à déplacer Gaël Fickou de 2e en 1er centre pour laisser place au Montpelliérain de 20 ans, qui pour sa 2e sélection, connaîtra sa première titularisation.

On ne change pas une équipe qui gagne. Surtout après une victoire sur l'Angleterre, vice-championne du monde. Et cela fait tellement longtemps que les Bleus n'avaient pas livré une prestation aussi solide, que Fabien Galthié et ses hommes n'avaient aucune raison de modifier leur XV de départ. Dans le langage du sélectionneur, cela donnait : "Tourner pour tourner, ce n'est pas la stratégie". Sauf que la blessure au triceps de Virimi Vakatawa, qui a résisté à la douleur durant pratiquement tout le match contre les Anglais, les a obligés à apporter un changement.

Un nouveau membre de la génération dorée des U20

Au centre de la ligne de trois-quarts, le joueur du Racing 92 cède sa place à un jeune joueur de Montpellier : Arthur Vincent. Il était le capitaine de l'équipe de France des moins de 20 ans sacrée championne du monde en 2019. A 20 ans, il est devenu un joueur majeur du MHR, et a honoré sa première cape en Bleu la semaine dernière, en jouant quelques secondes contre le XV de la Rose. Sa titularisation a forcé le staff à remodeler la paire de centre puisque Gaël Fickou, 2e centre en général surtout lorsqu'il est associé à Vakatawa, glisse au poste de premier centre pour laisser sa place à Vincent, plus habitué à jouer à cette place. Ses qualités de vitesse et d'évitement sont davantage mis en évidence avec le numéro 13 dans le dos. "C'est un centre polyvalent, qui peut jouer 1er ou 2e centre", se réjouit Fabien Galthié.

à voir aussi 6 Nations : Qui est Arthur Vincent, la nouvelle pépite discrète du XV de France ? 6 Nations : Qui est Arthur Vincent, la nouvelle pépite discrète du XV de France ?

Pour le reste, Damian Penaud, forfait à la veille de l'Angleterre, n'est toujours pas remis et est donc remplacé comme la semaine dernière par Vincent Rattez à l'aile gauche. L'ailier de La Rochelle fêtera donc sa deuxième titularisation en Bleu, lui qui avait été l'auteur du premier essai tricolore pour sa première.

Vincent Rattez lors du match face à l'Angleterre.
Vincent Rattez lors du match face à l'Angleterre. © FRANCK FIFE / AFP

Six avants sur le banc, prêts pour le combat

L'intégration de Vincent dans l'équipe de départ amenait forcément un nouveau joueur sur le banc. Le choix était d'ajouter un trois-quart ou un avant. Finalement, l'encadrement a décidé d'avoir six avants pour seulement deux arrières. Par conséquent, seuls Baptiste Serin et Matthieu Jalibert couvriront les postes d'arrière, le premier pouvant jouer aux deux postes de la charnière tout comme Antoine Dupont, alors que le deuxième peut jouer ouvreur ou arrière, et que Romain Ntamack peut être décalé d'ouvreur au centre. Deux 2e lignes sont donc intégrés sur le banc : Boris Palu et Romain Taofifenua. C'est aussi le signe que le staff s'attend à un gros combat devant. "Le choix est orienté sur la volonté de remettre Romain (Taofifenua) dans le groupe, de le revoir. On ne peut pas cacher qu'on a pris en compte les conditions atmosphériques prévues. Cela compte lorsqu'il faut faire monter l'intensité. Le tout face à des Italiens qui n'ont pas démérité dans le secteur de la conquête. Il s'agit de pouvoir matcher", expliquait Raphaël Ibañez. "Cela doit donner de la confiance à nos avants en les reconduisant et en renforçant leur potentiel."

"La conquête met plus de temps que la mise en place de la défense, même si nous n'en sommes pas satisfaits. C'est un secteur qui concerne tout le monde, autant avants que trois-quarts. Quand on travaille l'attaque, les phases de transition, la défense, on ne travaille pas la conquête. Dès dimanche, vous allez voir autre chose, différent, une progression dans ce secteur", promet Fabien Galthié. "Le 2 février n'était qu'une étape, essentielle, avec peu d'entraînements et pas de références. Aujourd'hui, dans notre vision, le 9 février contre l'Italie, nous avons monté le curseur."

Et Raphaël Ibañez insiste, ce match est pris au sérieux : "L'idée est de progresser. Nous avons humblement conscience de notre marge de progression. Nous sommes en recherche de performances, de progression." L'Italie ne sera qu'une étape de plus.

Composition de l'équipe de France contre l'Italie

Cyril Baille (Toulouse), Julien Marchand (Toulouse), Mohamed Haouas (Montpellier) - Bernard Le Roux (Racing 92), Paul Willemse (Montpellier) - François Cros (Toulouse), Charles Ollivon (Toulon, cap.), Grégory Alldritt (La Rochelle) - Antoine Dupont (Toulouse), Romain Ntamack (Toulouse) - Vincent Rattez (La Rochelle), Gaël Fickou (Stade Français), Arthur Vincent (Montpellier), Teddy Thomas (Racing 92) - Anthony Bouthier (Montpellier).
Remplaçants: Peato Mauvaka (Toulouse), Jefferson Poirot (UBB), Demba Bamba (UBB), Boris Palu (Racing), Romain Taofifenua (Toulon), Cameron Woki (UBB), Baptiste Serin (Toulon), Matthieu Jalibert (UBB). 

à voir aussi 6 Nations : Mohamed Haouas, l'histoire d'un retour en ligne droite 6 Nations : Mohamed Haouas, l'histoire d'un retour en ligne droite