Philippe Saint-André
Philippe Saint-André | MICHAEL BRADLEY - AFP

Saint-André: "Il n'y a pas de cadeau, pas de pitié"

Publié le , modifié le

Le manager du XV de France Philippe Saint-André a estimé que ses joueurs, encore défaits par les All Blacks (24-9) samedi, vivaient un "apprentissage douloureux" mais intégraient qu'au haut-niveau, il n'y avait "pas de cadeau, pas de pitié".

Comme lors du premier test-match, ressortez-vous frustré de  celui-ci ?

Philippe Saint-André: "L'apprentissage est douloureux par rapport à l'investissement des joueurs, à l'état d'esprit sur cette fin de saison. On n'est pas loin au  premier test (23-13, ndlr), on n'est pas loin au troisième et le score est beaucoup trop lourd. On a touché le très haut niveau. En seconde mi-temps, on commence un peu à manquer de lucidité, notre jeu au pied est moins efficace,  puis on prend un essai encore à 10 secondes de la fin du match. Ces sept points sont très lourds par rapport à l'investissement. Dès qu'on fait une erreur on est puni."

   
Qu'est ce qui a manqué à l'équipe de France pour forcer la décision ?

P.S.A: "La clé, c'est le manque d'efficacité dans nos temps forts. Le très haut  niveau, il n'y a pas de cadeau, pas de pitié. On les a mis en difficulté en première mi-temps mais ils tournent à la pause avec deux points d'avance (8-6, ndlr). En deuxième mi-temps, on a joué un peu trop dans notre camp, on a été pénalisé, on a manqué de lucidité. La conquête a été très bonne mais on a manqué de maîtrise collective et de discipline dans le dernier quart d'heure."
   
Voyez-vous tout de même des enseignements positifs à cette tournée ?

P.S.A.: "On avait décidé de voir beaucoup de joueurs, il y a eu sept nouveaux  capés durant cette tournée. On a vu trois demis d'ouverture. Il y a quand même des choses positives. Et puis il y a un groupe qui bosse, qui ne lâche rien. Sur les trois matches, au niveau de l'intensité, les joueurs étaient là. Il  faut les féliciter après cette saison aussi longue. Ils étaient aussi nombreux à arriver à 40 matches (dans la saison). Je voulais aussi remercier Nicolas Mas qui vient d'avoir une petite fille il y a deux jours et qui est resté ici, avec  le groupe. Il faut espérer que la roue va tourner. On va continuer à bosser, s'investir, en essayant d'être beaucoup plus précis. Il faut garder cela en tête, s'améliorer, bosser et penser à cela pour le premier match face aux  Néo-Zélandais au mois de novembre."

AFP