L'équipe de France rassemblé avant le match en Afrique du Sud
L'équipe de France réunie avant le match | AFP - ANESH DEBIKY

Rugby français: un recul qui vient de loin

Publié le , modifié le

Malgré l'attrait d'un Top 14 qui parvient à attirer certains des plus grands noms du rugby mondial, le rugby français semble sur le déclin. Le XV de France, qui sort de deux défaites face aux Sud-Africains (37-14 et 37-15), n'en est que le symbole le plus visible. 7e de la Coupe du monde 2015, pour la première fois depuis 2011 de retour sur le podium du Tournoi des 6 Nations 2017, la formation de Guy Novès est en souffrance. Ce n'est pas la seule.

En 2006, l'équipe de France des -21 ans devenait championne du monde, en battant, à Clermont en finale, l'Afrique du Sud (24-13). A l'époque, ces "petits Bleus" s'appelaient Guirado, Chouly, Mermoz, Tillous-Borde, Beauxis, Ouedraogo, Médard, Domingo, Sempéré ou Tomas. A l'époque, Scott Spedding jouait pour l'Afrique du Sud, et était entré en cours de match. Cette même année là, le XV de France s'imposait pour la dernière fois sur la terre sud-africaine en test-match (36-26).

Onze ans après, les temps ont changé. Les Bleuets n'ont plus jamais été champions du monde. Ils ne sont même jamais montés sur le podium. En 2007, l'IRB a réorganisé cette compétition, pour la réserver aux moins de 20 ans. Cette année 2017, les Sud-Africains leur ont barré le chemin de la 3e place lors du Mondial juniors, lors de la petite finale en s'imposant (37-15), sur un score identique que celui encaissé samedi dernier à Durban par le XV de France. Ancien coach de l'équipe de France des moins de 20 ans, Olivier Magne a exprimé, dans L'Equipe, son agacement à voir les Bleus décliner: "Je vois une évolution des comportements des joueurs, qui se tournent plus vers la dimension physique, l'athlétisation. (...) Mais ils oublient le côté technique, tactique, et surtout stratégique de ce jeu." Des carences qu'il a vues au premier plan lorsqu'il était coach des -20 ans: "J'ai été surpris par le déchet technique des joueurs, et surtout leur faible compréhension du jeu." Très critique à l'égard d'un système, l'ancien 3e ligne aile pointe du doigt un appauvrissement du rugby tricolore. 

La France inférieure à l'Angleterre

Les résultats semblent le prouver. Chez les seniors, au lendemain de la 4e place de la Coupe du monde en France, les Bleus ont remporté une seule fois le Tournoi des 6 Nations (en 2010 avec à la clé le Grand Chelem). Entre 2008 et 2011, ils ont fait partie des trois premiers (3e en 2008 et 2009, 2e en 2011). Ensuite, plus aucun podium jusqu'à 2017, et une 3e place. En Coupe du monde, la 2e place de 2011 en Nouvelle-Zélande a laissé place à une 7e place en 2015. 7e nation mondiale, la France est aux portes du déclassement. Chez les jeunes, cela se ressent aussi. Si le Tournoi des 6 Nations sauve les meubles (victoire en 2009, 2014 et 2015, 2e place en 2011, 2012, 2016 et 2017), le Mondial n'est pas aussi "clément". Au mieux 4e (2011 battu par l'Australie 30-17, 2015 battu par la Nouvelle-Zélande 45-7, 2017 battu par l'Afrique du Sud 37-15), les Français sont même tombés au 9e rang lors du Mondial-2016. Sur 12 équipes.

Vidéo: L'Afrique du Sud domine la France au Mondial -20 ans 2017

Dans le même temps, l'Angleterre pavoise. Trois fois championne du monde chez les moins de 20 ans, 5 fois finaliste, une fois 4e, c'est le plus gros rival des Néo-Zélandais, maîtres absolus de la catégorie (6 titres en 10 éditions et jamais moins bien classé que 4e). Dans le Tournoi, chez les moins de 20 ans, les Anglais viennent de réaliser le Grand Chelem, et de remporter ainsi la compétition pour la 5e fois en 10 années (avec 3 secondes places, et une 3e). Chez les seniors, le XV de la Rose reste sur deux succès consécutifs (2016, 2017), et a toujours fini sur le podium du Tournoi depuis 2008 (et même 2007). Malgré l'accroc de leur Coupe du monde 2015 (éliminé de la poule de la mort), l'Angleterre est sur une pente ascendante. Son futur se prépare, et son présent est déjà florissant. Les joueurs français ne semblent pas dans le même état...

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze