L'ailier argentin du Racing Juan Imhoff
L'ailier argentin Juan Imhoff | MEHDI FEDOUACH / AFP

Racing et Clermont au rattrapage

Publié le , modifié le

Le Racing et Clermont entendent lancer pleinement vendredi leur campagne européenne, une compétition pour laquelle les deux clubs nourrissent des ambitions cette saison malgré une défaite lors de la première journée. Si les Jaunards viseront la victoire bonifiée face aux Italiens d'Aironi, qui avait battu Biarritz l'an dernier, les Ciel et Blanc auront un défi plus difficile à relever du côté d'Edimbourg, qui s'est imposé chez les London Irish (20-19).

La Racing n'a plus le choix

Pour le déplacement capital à Édimbourg, l'entraîneur du Racing-Metro Pierre Berbizier a densifié son pack avec le retour de Sébastien Chabal, de retour après une blessure à une épaule, et le mondialiste Lionel Nallet dans le quinze de départ. Derrière, Jonathan Wisniewski retrouve aussi une place au poste d'arrière. L’Argentin Juan Martin Hernandez reste à l'ouverture. Bref, le Racing aligne toutes ses forces valides pour cette rencontre décisive. En effet, battus par Cardiff (20-26) à domicile, les Ciel et Blanc sont dans l'obligation de ramener un résultat d’Écosse pour rester dans la course à la qualification.

Battus à domicile vendredi dernier par Cardiff (20-26) en ouverture de la compétition européenne, les Racingmen sont très inconstants cette saison. "On fait beaucoup de temps de jeu mais on ne fait pas la différence. Quand on marque, on prend des points très vite derrière", a dit Hernandez. Le même scénario se reproduit depuis quelques rencontres : une bonne première période suivie d’une deuxième insipide comme lors des défaites à Bordeaux (22-18) et face à Toulon (9-16). "Il faut être intelligent. On a manqué parfois d’intelligence dans l’utilisation du ballon et dans les phases sans ballon. On ne pourra se retrouver que si l’on pratique un rugby ambitieux", a dit l’ancien entraîneur du XV de France et de l’Italie.

Le déplacement chez une équipe qui a gagné chez les London Irish 20 à 19 lors de la première journée, s’annonce du coup très compliqué pour une équipe aussi irrégulière. "Edimbourg n’a pas un gros palmarès européen mais cette équipe est toujours difficile à battre chez elle. C’est une équipe qui joue beaucoup de ballons jusqu’à la 80e minute", a analysé Hernandez. L'an passé, la Racing s'était imposé chez les Saracens de Londres ont produisant beaucoup de jeu. Vendredi, il faudra en faire autant. "Cela passe par des réponses collectives et non des réponses individuelles. On doit être capable de jouer ensemble au rugby", a résumé Pierre Berbizier.

Clermont doit faire le plein

Malgré une bonne entame de saison en Top 14 (8 victoires, 2 défaites), malgré le retour des internationaux, les Auvergnats ont chuté en Ulster (16-11) après avoir longtemps mené au score. Dans un compétition très serrée, il est impératif de prendre cinq points face à Aironi, la plus faible équipe de la poule. Incapables de tuer le match quand ils en ont eu l'occasion (15 points ratés au pied), les Clermontois ont besoin de se relancer dans une poule relevée avec les Anglais de Leicester.

Le club auvergnat vit depuis plusieurs années une relation ambiguë avec la Coupe d'Europe même s'il a remporté deux Challenges européen (1999 et 2007). Il nourrit un intérêt tout particulier pour la prestigieuse compétition, qui s'est toujours refusée à lui (trois quarts de finale en 2000, 2001 et 2010) et ils ne l'ont jamais disputé dans leur stade, privilège des quatre meilleurs classés des poules. "Notre objectif est de jouer le quart de finale à domicile", a annoncé en début de saison l'entraîneur Vern Cotter qui sait qu'aborder la phase finale dans cette position offre davantage de chances d'aller au bout.

L'effectif est taillé pour briller en Coupe d'Europe: des expérimentés comme l'Ecossais Nathan Hines, le Sud-africain Gerhard Vosloo, le Gallois Lee Byrne et le Français David Skrela; l'abattage des cadres Julien Pierre, Julien Bonnaire, Morgan Parra et Aurélien Rougerie; et l'éclosion des jeunes pousses de l'excellent centre de formation représenté par Wesley Fofana (23 ans) et Jean-Marcellin Buttin (20 ans en décembre). Alors que le club fêtera son centenaire après la rencontre en présence de 200 anciens joueurs, une large victoire sera bienvenue.

Mathieu Baratas