Bayonne, le miracle d'Oyonnax

Pro D2: L'incroyable remontée de Bayonne à Oyonnax

Publié le , modifié le

Incroyable Bayonne! Menés 27 à 9 à la mi-temps, les Basques ont réussi à renverser Oyonnax sur son terrain samedi en demi-finales de Pro D2 lors d'une seconde période exceptionnelle (38-34). L'Aviron Bayonnais, 3e de la saison régulière et relégué en 2017, affrontera le 26 mai à Pau Brive ou Vannes, opposés dimanche en Corrèze.

L'enjeu était crucial ce samedi après-midi entre Bayonne et Oyonnax. Le vainqueur pouvait être promu en Top 14 alors que le perdant hériterait d'un barrage d'accession-relégation face à Grenoble. L'équipe de l'ancien entraîneur des avants du XV de France Yannick Bru pouvait donc espérer retrouver l'élite dès l'été prochain, ce qui n'était pas son objectif affiché en début de saison, au contraire des "Oyomen", relégués l'été passé. Le coup est rude pour les Haut-Bugistes, deuxièmes de la saison régulière et favoris devant leur public. Mais ils ont connu un incroyable trou d'air en seconde période, encaissant un 29 à 0 jusqu'à leur réaction, trop tardive, avec un essai de Mitch Inman (75) à cinq minutes de la fin.


 

Après vingt premières minutes attentistes, comme souvent depuis le début de saison, ils ont infligé un 21-0 à leur adversaire pour mener 27 à 9 à la pause, grâce à trois essais d'Aurélien Callandret (30, 40) et Irakli Mirtskhulava (38). Mais ils ont ensuite complètement déjoué face aux Basques, qui restaient sur cinq défaites à l'extérieur mais qui, perdus pour perdus, ont joué sans retenue. L'Aviron a profité notamment des exclusions temporaires de Sacha Zegueur (42) et Didier Tison (63) pour marqueur trois de ses quatre essais, par Latu Latunipulu (49), Martin Bustos Moyano (69) et Tristan Tedder (71, 38-27).  Les deux derniers en deux minutes, donc! Mais cette demi-finale d'anthologie a offert un suspense jusqu'au bout, puisque Inman a ramené l'espoir dans le camp d'Oyonnax (38-34), qui a même eu une dernière occasion de l'emporter. Mais, devant la ligne bayonnaise, "Oyo" a été sanctionné pour un déblayage illicite, offrant une ultime pénalité salvatrice aux Basques qui, après avoir assuré la prise de balle en touche, ont dégagé pour exulter devant un public de Charles-Mathon sonné.
 

AFP