Pau - Brive
Palois et Brivistes lors du match retour de championnat | MAXPPP - PQR - SUD OUEST - THIERRY SUIRE

Pau-Brive, ascenseur pour le renouveau

Publié le , modifié le

Disparue de l'élite du rugby français depuis 7 ans, la Section Paloise rêve d'un retour à l'issue de la finale des barrages de ProD2, à Bordeaux à 16h. Mais Brive, son adversaire, est bien décidé à reprendre l'ascenseur dans l'autre sens, après leur relégation du Top 14 la saison passée. A l'issue de la saison régulière, les deux équipes n'avaient qu'un point d'écart au classement à l'avantage des Corréziens. La logique de leur 2e et 3e place a été respectée avec cette présence en finale. Le sera-t-elle toujours à la fin du match ?

Pau et Brive, ce sont deux grands noms du rugby français. Les deux équipes ont soulevé un trophée européen (le Challenge européen en 2000 pour les Béarnais, la Coupe d'Europe en 1997 pour les Corréziens), mais tout cela commence à dater. Cela fait sept saisons que la Section évolue en ProD2, avec chaque année l'espoir de remonter dans l'élite. L'an dernier, les Brivistes avaient espéré jusqu'au bout sauver leur peau en Top 14, mais l'ascenseur les attendait finalement, un niveau auquel le club n'avait plus évolué depuis 2003.

De chaque côté, la motivation ne manque pas pour accompagner Oyonnax, le champion novice en Top 14, dans l'ascenseur. Respectivement 2e et 3e de la saison régulière avec un point d'écart, Brive et Pau se sont partagés les victoires lors de leurs affrontements, chacun restant maître chez lui (22-18 à Brive, 12-9 à Pau). Ce sont donc deux formations très proches, qui ont marqué plus de 30 points en demi-finales pour s'ouvrir les portes de cette ultime étape. Deuxième meilleur attaque du championnat et meilleur défense, l'équipe de David Aucagne dispose de sacrés arguments pour faire vaciller la hiérarchie établie cette année. Avec Julien Caminati (Brive) d'un côté, et Frédéric Manca (Pau) de l'autre, les deux formations disposent de buteurs fiables.

Avantage Brive ?

"Nous avons une petite étoile au-dessus de nous", glisse le demi de mêlée Jean-Baptiste Péjoine. "Tous les faits de match étaient contre nous ces dernières années, on sent que c'est maintenant avec nous. Peut-être grâce au travail, à l'état d'esprit du groupe qui veut aller chercher la gagne jusqu'au bout. On espère qu'on aura encore la 'grinta' dimanche". Et Didier Casadeï, l'entraîneur briviste, se méfie: "Pau, c'est un paquet lourd, une équipe très performante sur ses bases, la mêlée et les ballons portés. On l'a vu quand on a joué chez eux, on avait reculé deux fois sur des ballons portés". Mais côté palois, David Aucagne place la pancarte du favori dans le camp de Brive: "Brive est favori. Quand ils sont venus à Pau (12-9), on a senti que c'était une équipe très dense. Même si on avait réussi à les déplacer, on n'avait jamais réussi à marquer."

Du combat, il n'en manquera pas sur la pelouse du stade Chaban-Delmas, entre deux clubs à forte tradition dans ce domaine. Ce sera l'ingrédient de base, mais pas le seul, pour retrouver la lumière du Top 14.