Brive en finale d'accession de ProD2
Brive en finale d'accession de ProD2 | MaxPPP - PQR - La Montagne

Brive bat Aurillac et rejoint Pau en finale

Publié le , modifié le

Brive s'est qualifié pour la finale de Pro D2 face à Pau mais a eu bien de la peine à écarter de son chemin son voisin Aurillac (30-14), dimanche en demi-finale dans son stade d'Amédée-Domenech.

Un an après être descendu, le CAB s'offre l'occasion de rejoindre de  nouveau l'élite, à condition de venir à bout de Pau, le dimanche 19 mai au  stade Chaban-Delmas à Bordeaux. La Section avait obtenu son ticket samedi à l'issue d'un match tendu contre  La Rochelle au Hameau (30-16). La partie s'annonce serrée entre ces deux mastodontes de Pro D2, au budget  et à l'effectif taillés pour l'échelon supérieur et qui ont chacun remporté une  de leur confrontation cette année, sur des écarts minimes.

Il faudra cependant à Brive se montrer bien plus réaliste que face à  Aurillac dimanche, invité-surprise de ces demies avec son budget presque trois  fois inférieur au CAB. Les Brivistes, donnés ultra-favoris, ne se sont détachés qu'à l'heure de  jeu, sur un essai de Jamie Noon, tout juste entré sur le terrain. Auparavant, les Cantaliens, survoltés par ce bouillant derby, avaient livré  une partie valeureuse, bien qu'entravés par leurs limites en conquête où le CAB  a régné sans partage.

Dos à dos à la 58e

Ils accusaient un petit retard de cinq petits points à la pause (11-6), dû  à un essai de Guillaume Namy, qui profitait d'une jolie percée plein axe de  l'arrière Julien Caminati (26). Dominateur mais incapable de concrétiser leurs temps forts en raison d'une  forte indiscipline, les Brivistes voyaient même Aurillac revenir au terme d'une  longue séquence devant la ligne, conclue par un essai collectif (14-14, 58). Dos au mur, le CAB réagissait donc dans la foulée par l'essai de Noon, puis  finissait par imposer sa puissance physique derrière son pack conquérant, pour  ajouter un drop puis deux pénalités et sceller une victoire logique à défaut  d'être éclatante.

AFP