Agen-Montauban, pour une place dans l'élite

Agen-Montauban, pour une place dans l'élite

Publié le , modifié le

Agen et Montauban se retrouveront dimanche à Bordeaux pour le match le plus important de leur saison, la finale d'accession de ProD2 avec au bout une place en Top 14. Même si le SU Agen, deuxième de la saison régulière, quatrième budget du championnat, a les faveurs du pronostics pour accompagner Oyonnax dans l'élite, il faudra s'attendre à une rencontre très serrée, car les Montalbanais n'auront rien à perdre.

Octuple champion de France, le club agenais a pensé à sa remontée toute la saison après avoir fait l'ascenseur dans l'élite l'an passé. Le club du Lot-et-Garonne dirigé par Mathieu Blin, en partance, tombeur de Biarritz en demi-finale a en outre l'avantage d'être un abonné aux finales d'accession, sa troisième en quatre ans. Mais pas question pour autant de se voir déjà à l'étage au-dessus. "Sur les trente matches de l'ensemble de la saison, on est favoris. Mais sur les sept derniers, ce sont eux les favoris parce qu'ils finissent fort. C'est une équipe qui est en pleine confiance. Donc ce sera du 50-50", assure l'Argentin Mauricio Reggiardo, l'entraîneur principal du SUA. "Tout ce qui s'est passé pendant la saison ne servira à rien, ce ne sera pas le même environnement, pas le même enjeu et encore une fois pas le même adversaire. On les a battus deux fois cette saison mais on avait aussi battu deux fois La Rochelle avant de perdre contre eux en finale en 2014", renchérit Blin.

Montauban rêve d'exploit

Une prudence qui se comprend au regard de la dynamique de l'Union Sportive Montalbanaise (USM). Mal embarquée à la fin de l'hiver, elle a fini troisième de la saison régulière, alignant six victoires de rang pour finir la saison, plus une septième en demie face à Mont-de-Marsan (24-13) pour s'offrir Chaban-Delmas. Un stade qui a une importance toute particulière pour les Tarn-et-Garonnais qui y ont gagné en 1967 le seul titre de champion de France de leur histoire face à Bègles. "Si on pouvait imiter nos anciens de 1967, cela serait un joli clin d'oeil à l'histoire",souligne Mickaël Ladhuie, talonneur et capitaine de Montauban.Depuis, de l'eau a coulé sous la cuvette de Sapiac. Pensionnaire de Top 14 jusqu'en 2010 après être remonté sous la houlette du duo Laurent Travers-Laurent Labit, aujourd'hui à la tête du Racing 92, Montauban a été rétrogradé en Fédérale 1 pour raisons financières avant de remonter la pente et retrouver la Pro D2 en 2014.

Cinquante ans après son principal fait d'arme, le club de Montauban rêve d'un exploit.  "Nous sommes l'invité surprise", reconnaît le co-président Daniel Bory. "Si l'on gagne, nous monterons en Top 14. Il faudra simplement se souvenir d'où l'on vient et faire du mieux possible avec les moyens qui seront les nôtres". 

francetv sport @francetvsport