Pour le secrétaire général de la FFR, "Guy Novès n'est pas malheureux"

Pour le secrétaire général de la FFR, "Guy Novès n'est pas malheureux"

Publié le , modifié le

Dans un entretien à paraître dimanche dans le Dauphiné Libéré, le secrétaire général de la Fédération Française de Rugby Christian Dullin s'exprime sur le cas de l'ancien sélectionneur du XV de France Guy Novès, qui n'est "pas malheureux" selon lui.

L'ex-sélectionneur du XV de France Guy Novès, limogé fin décembre après six tests sans victoire, "prend 40.000 euros par mois" et "n'est pas malheureux", a estimé le secrétaire général de la Fédération française de rugby (FFR) Christian Dullin dans un entretien au Dauphiné à paraître dimanche. Ce dernier justifie ainsi la position de la FFR de rompre le contrat de Novès ainsi que d'entamer une procédure de licenciement pour faute grave"

"Quand on veut se séparer de quelqu'un, soit on lui dit qu'il est plus beau, le meilleur, qu'on on va le garder, mais c'est une grande hypocrisie, soit, parce qu'il y a quand même 3 millions d'euros en jeu (d'indemnités de licenciement, NDLR), on met fin à cette collaboration. Novès prend 40.000 euros par mois et de ce que nous disent nos avocats, à 40.000 euros par mois, on peut entamer une procédure de licenciement pour faute grave", a déclaré Dullin, un proche du président de la FFR Bernard Laporte. "La forme, la méthode... on n'est pas dans le monde des Bisounours. Guy Novès n'est pas malheureux, il ne le sera pas", a ajouté Dullin.

Novès, dont le contrat courait jusqu'à la Coupe du monde 2019, a annoncé vendredi dans Midi Olympique avoir saisi les prud'hommes pour contester la légalité de la procédure dont il fait l'objet. Il reproche en particulier à Laporte de ne pas l'avoir convoqué à un entretien préalable.
 

AFP