Top14 perpignan mêlée 042010
Perry Freshwater et Guilhem Gerado | AFP-Gabalda

Perpignan coince, Agen se rachète

Publié le , modifié le

Le vice champion de France 2010, Perpignan, a subi une défaite cuisante contre Montpellier (16-6). Dans le même temps, Agen a soigné son zéro pointé de la semaine dernière en s'imposant contre Biarritz (28-23) et Castres a fait chuter Bayonne (25-16). Le Stade Toulousain a pris le meilleur sur le Stade Français en clôture de cette 3e journée (34-16).

Le fait marquant : le champion cartonne

Même si le match fut moins simple que le score le laisse penser (33-9), Clermont a parfaitement rempli sa mission pour s'imposer face à Brive. Grâce à cette victoire, accompagnée du bonus offensif, les champions de France en titre s'emparent provisoirement de la première place du classement du Top 14.

La réaction : Agen

Le club promu a prouvé avoir des qualités d'orgueil en décrochant sa première victoire de la saison. Giflés par Bayonne la semaine passée (27-0), les Agenais se sont faits violence pour s'imposer contre Biarritz (28-23). Ils profitent vraisemblablement de la zone de turbulences que travers la formation basque depuis le début de la saison, avec l'annonce puis la rétractation de la démission de Jean-Michel Gonzales. Après leur revers à domicile contre Toulon, les Biarrots ont montré avoir encore du pain sur la planche.

La surprise : Montpellier lamine Perpignan

Montpellier a créé la surprise de cette 3e journée en allant s'imposer chez une équipe de Perpignan certes décimée par les blessures, mais qui n'avait plus connu la défaite à domicile en Top 14 depuis septembre 2008. Les Montpelliérains, qui avaient infligé une correction au Racing lors de la 2e journée, réalisent une bonne opération au classement avant de recevoir Toulouse mercredi et de se déplacer à Clermont dimanche 5 septembre.

Le chiffre : 0

La Rochelle a confirmé sa candidature au maintien en faisant chuter Bourgoin (20-12). La situation se complique pour la formation isèroise : lanterne rouge du classement avec zéro point.

La phrase : "On reste des petits Poucet"

Thomas Combezou (trois-quarts aile de La  Rochelle) reste humble après la victoire des siens face à Bourgoin : "Ce n'était évidemment pas le même match en intensité que contre  Castres il y a quinze jours, mais on a joué avec beaucoup de sérieux. Il faut cependant rester humble et respecter les Berjalliens qui en surprendront plus d'un, cette saison. Humbles surtout à quelques jours de la réception de Toulon, qui viendra chez nous très revanchard et avec un effectif galvanisé. Aujourd'hui dans ce Championnat, on reste des petits Poucet, même avec deux victoires en  trois matches".

L'affiche du jour : Stade Toulousain - Stade Français

"Après une défaite, on se doit de rectifier le tir." Les propos de Guy Novès ont été entendus par ses joueurs. Samedi soir, en épilogue de la 3e journée de Top 14, les joueurs de ville rose sont sortis vainqueurs d'une affiche de prestige contre leurs rivaux franciliens. Les Toulousains, auteurs de trois essais (Servat, Médard, Clerc), ont  remporté (34-16) un duel des Stades très engagé (cinq exclusions temporaires)  face au club parisien, dépossédé de sa première place après avoir échoué dans sa stratégie de laisser ses cadres sur le banc en début de partie. Toulouse, pour sa part, s'empare de la tête du championnat de France à égalité de points avec Clermont.

La partie, ternie par plusieurs incidents (5 exclusions temporaires), avait  bien commencé pour le Stade Français, jusque là invaincu dans le Top 14. Malgré  une domination toulousaine en mêlée, un premier essai de Servat et deux  pénalités de Vergallo et Fritz, les Parisiens jouaient crânement leur chance. Le centre argentin Martin Rodriguez inscrivait trois pénalités dont une après l'exclusion temporaire de Yannick Jauzion, ouvreur d'un jour, avant d'inscrire et de transformer un essai de grande classe juste avant la pause.      Après quatre échecs de Vergallo et Fritz face aux perches, le manageur  toulousain Guy Novès décidait de faire rentrer l'ouvreur Nicolas Bezy. Celui-ci s'exécutait sans tarder en livrant un sans faute. Peu aidés par l'exclusion temporaire de Juan Manuel Leguizamon, les  Parisiens prenaient l'eau. A une première pénalité de Bezy succédait une accélération victorieuse côté gauche de Maxime Médard, avant l'essai en contre  de Vincent Clerc sur une balle récupérée par le troisième ligne Sylvain  Nicolas. Bezy assurait les deux transformations et ajoutait une pénalité sur un  nouveau hors-jeu parisien qui ne pouvait inverser la tendance malgré la rentrée  promise des ténors, à l'image de Mathieu Bastareaud commettant un en-avant à quelques mètres de sa propre ligne sur l'un de ses premiers ballons, pour le plus grand délice du public du Stadium.