James O'Connor
James O'Connor | ALAIN GADOFFRE / DPPI MEDIA

O'Connor sera sans doute "mis à pied" par Toulon

Publié le , modifié le

L'arrière polyvalent australien de Toulon James O'Connor, arrêté par la police alors qu'il négociait l'achat de cocaïne, "ne va pas échapper à une mise à pied", a indiqué lundi le président du club varois, Mourad Boudjellal, qui prendra sa décision après avoir rencontré son joueur.

O'Connor avait été arrêté dans la capitale dans la nuit de vendredi à samedi en compagnie d'Ali Williams et placé, comme le Néo-Zélandais, en garde à vue. Il sera de retour lundi soir à Toulon. "C'est  difficile à défendre. On va en parler avec lui. On a un gamin de 26 ans, je ne suis pas là pour le détruire ni le favoriser. C'est une histoire compliquée", a poursuivi Mourad Boudjellal, qui n'a pas arrêté sa décision et attend d'entendre la défense de son joueur. Le président ne veut "pas abîmer le gamin", qui compte 44 sélections entre 2008 et 2013 avec les Wallabies et sera en fin de contrat avec Toulon au terme de la saison. Cette affaire devrait cependant mettre un coup de frein aux négociations de prolongation. "On va gérer cette fin d'année, déjà, on n'en est pas à le prolonger", a ajouté Boudjellal, concédant des circonstances atténuantes à son joueur.

"Pour James je mets ça sur le compte de la détresse plus que de la bêtise. On s'est occupé de lui. Je sais qu'il a des choses à régler, mais ce n'est pas la cocaïne qui va le faire pour lui", a dit le patron du RCT. Plus généralement, Mourad Boudjellal craint que cette affaire symbolise un changement de comportement dans les troisièmes mi-temps du rugby. "Ce n'est que mon avis, mais j'ai l'impression que dans certains clubs et auprès de beaucoup de joueurs, la coke s'est un peu invitée dans le milieu festif. On a eu l'étape alcool, là on est à une autre étape. On ne peut pas favoriser ça. Il faut que ça s'arrête", a-t-il conclu.

Christian Grégoire