Nouveau rendez-vous pour l'ERC le 30 octobre

Nouveau rendez-vous pour l'ERC le 30 octobre

Publié le , modifié le

Les actionnaire de l'ERC, société organisatrice des Coupes d'Europe de rugby, ont convenu d'un troisième rendez-vous le 30 octobre à Dublin pour poursuivre les discussions "compréhensives" tenues mardi à Rome afin de trouver un nouvel accord régissant les compétitions européennes.

Des "discussions compréhensives"

Cette réunion des représentants des clubs et des fédérations français, anglais, gallois, irlandais, écossais et italien, la deuxième d'un processus qui s'annonce long, a offert "six heures de discussions compréhensives sur un large éventail de sujets, dont la structure et le format des compétitions européennes de clubs", indique sans plus de précision l'ERC dans un communiqué. "La prochaine réunion est prévue le 30 octobre à Dublin et les participants ont convenu de ne pas s'exprimer hors de ce processus", apprend-on de même source.

Une première réunion à Dublin le 18 septembre avait permis aux deux initiateurs de cette renégociation, les clubs français réunis au sein de la Ligue nationale de rugby (LNR) et les clubs anglais (Premiership Rugby), de présenter leurs projets distincts mais avec des revendications communes. Ils réclament notamment que la Coupe d'Europe passe de 24 à 20 clubs avec un système de qualification uniformisé selon le classement en championnat (les six premiers sont qualifiés). Ces changements se feraient notamment au détriment des équipes galloises, irlandaises, écossaises et italiennes évoluant dans la Ligue celtique qui n'auraient plus que six représentants au lieu de dix actuellement.

Parmi les autres changements réclamés, les clubs français souhaitent modifier le calendrier pour terminer les compétitions européennes fin avril et donner plus de continuité à la phase finale du Top 14. Français et Anglais demandent aussi un changement dans la répartition financière (actuellement 25% pour la LNR, 25% pour Premiership Rugby et 12,5% chacune pour l'Ecosse, l'Irlande, l'Italie et le pays de Galles) en un système de "trois tiers" (33% pour chaque partie).

AFP