Montpellier et Toulouse capitalisent

Montpellier et Toulouse capitalisent

Publié le , modifié le

Montpellier a pris le meilleur sur Perpignan 22 à 11 et enchaine un quatrième succès d'affilée. Le vice-champion de France poursuit sa remontée au classement alors que Perpignan se rapproche de la zone de relégation. Dans l'autre rencontre de la soirée, Toulouse prend le bonus offensif à Biarritz (15-20) et conforte sa place de leader. Le BO prend un bonus défensif important.

Et de 7! Septième succès lors des huit dernières rencontres. Un temps relégable, Montpellier est dans une série exceptionnelle depuis le retour de ses nombreux mondialistes. Très vite en jambe, les locaux ont vite marqué par le n.8 Tulou sur une mêlée à cinq mètres (7-0, 6e). En face, les Catalans remontées comme des coucous ont vite sombré dans leur travers: l'indiscipline idiote et brutale. Le carton jaune pour Perez coupable d'un plaquage sans ballon offrait trois points de plus aux Héraultais (11e). Les hommes de Fabien Galthié ont mis en difficulté la défense catalane dès qu'ils ont accéléré. Sur un jeu au pied dans leur camp, Nagusa a dévié le ballon pour son arrière Amorosino qui a filé à l'essai après une course folle de 50 mètre (15-0, 21e). Un départ canon contre le vent. 

Julien Tomas (demi de mêlée de  Montpellier):"Une défense peut faire gagner un match, mais il nous faut plus d'ambition.".

Perpignan, plus calme, est entré dans la partie. Entaché d'un en-avant sur la dernière passe de Marty, Coetzee a transpercé la défense pour relancer la partie (15-5, 30e). Mieux dans la rencontre, prompts à (enfin) jouer, plus forts sur les rucks, les Perpignanais ont dominé et profité des fautes héraultaises pour recoller au score (15-11, 43e).Même malmenés dans le jeu mais dominateur en mêlée (3 pénalités dont deux sur introduction catalane, 1 coup-franc et 1 ballon gagnés), les finalistes du championnat ont repris leur distance sur nouvelle brèche ouverte par Gorgodze, à l'origine et à la conclusion de l'essai (22-11, 59e).

Dans la foulée du carton jaune de Fernandez pour fautes répétés (64e), l'USAP a pilonné la ligne d'essai à plusieurs reprises sans succès jusqu'à la fin de la rencontre malgré deux arbitrages vidéo. La faute à une défense exceptionnelle des Montpelliérains décidés à ne faire aucun cadeau au voisin. Montpellier est désormais quatrième, Perpignan, qui aurait mérité de prendre au moins le bonus défensif, végète à la onzième place. 

Toulouse ne lâche rien

Sans huit de ses internationaux, Toulouse poursuit sa série exceptionnelle: sixième succès d'affilée, troisième à l'extérieur, dixième matches sans défaite (9 victoires et 1 défaite). Le champion de France conforte sa place de leader du Top 14 en prenant - en plus - un bonus offensif. Un vrai glouton.

Guy Novès (manageur de Toulouse): "C'est un magnifique état d'esprit qui a permis à nos joueurs, qui ont joué vingt minutes à  quatorze, d'arracher cette victoire. C'est d'autant plus méritoire."   

Une percée de 50 mètres de David a donné le ton des intentions des Toulousains venus pour préserver leur invincibilité qui dure depuis le 14 octobre. Profitant d'un ballon volé en mêlée, le jeune N.8 Galan a fixé la défense avant de décaler Burgess dans l'intervalle (0-5, 15e). Sur une nouvelle percussion de David, qui a éteint Peyrelongue, les Toulousains ont enchainé dans l'axe avant d'écarter pour Poitrenaud qui a servi Matanavou pour son septième essai en Top 14 et son 14e en 18 rencontres (3-10, 24e). Et que dire du troisième essai. Sur une récupération de balle dans les 22 toulousains, Burgess a remonté le terrain, McAlister a percé, Donguy a conclu dans une défense basque aux abois (3-17, 30e). Trois coups de poignards.

Pourtant Biarritz n'a pas été en reste avec des actions tranchantes et une domination territoriale (9-17, 46e). Si la supériorité de la mêlée toulousaine a permis de gérer le score (9-20, 50e), Biarritz a eu la main sur le ballon toute la partie. A 15 contre 14 après le carton jaune de Nyanga (63e), les Basques ont fait le forcing pour recoller au score grâce à une pénalité de Baby et un drop de traille (15-20, 64e). L'arbitre M. Péchambert a sanctionné sévèrement les Toulousains – 17 pénalités contre 6 pour le BO - d'un autre carton jaune pour Sylvain Nicolas  (71e). A trois reprises, Biarritz s'est approché de la ligne d'essai avant de se faire refouler par une défense toulousaine agressive et hermétique. Biarritz n'est plus relégable. Quant à Toulouse, c'est une autre planète.  

Mathieu Baratas