Mont-de-Marsan - Dax
Les Montois, vainqueurs de Dax pour atteindre la finale | MAXPP - PQR - SUD OUEST

Mont-de-Marsan - Pau, pour passer au futur

Publié le , modifié le

Anciens grands pensionnaires de l'élite nationale, Mont-de-Marsan et Pau s'affrontent, à Bordeaux, dans la finale de ProD2, qui donnera au vainqueur le 2e et dernier billet pour accéder au Top 14 et ainsi accompagner Grenoble. Les Palois, 2e de la saison régulière, ont un léger avantage sur les Montois (3e), et espère retrouver une élite de laquelle ils ont disparu depuis 2006. Pour l'équipe landaise, l'expérience est plus récente, puisque datant de 2009.

Trois titres de champion de France, une demi-finale de Coupe d'Europe, un Challenge Europe et trois Challenges Yves-du-Manoir, voilà le palmarès de la Section Paloise. Un titre de champion de France et trois Challenges Yves-du-Manoir, voilà celui du Stade Montois. Mais tout cela, c'est du passé. Les Brusque, Harinordoquy, Traille, Papremborde, Gonzalez et autres Bernat-Salles d'un côté, les frères Boniface, les Darrouy, Dauga et consorts de l'autre, ces noms forment le patrimoine des deux clubs. Mais les deux entités savent que pour bonifier cet héritage, il faut revenir parmi les grands de l'Hexagone. Ce sera tout l'enjeu de cette finale de ProD2.

Certes, sur le plan comptable, la Section paloise a pris un léger ascendant sur le Stade Montois à l'occasion des deux confrontations de la phase régulière que les joueurs des Pyrénées-Atlantiques (2e) ont terminée devant leurs voisins landais (3e). Pau avait inscrit cinq points (victoire bonifiée, 24-15) au match aller contre quatre à Mont-de-Marsan au match retour (27-16). Mais au vu de la saison, les deux villes distantes de quelque 80 km, qui voudront rejoindre Grenoble en Top 14, ont connu des parcours presque identiques. Après avoir rencontré des difficultés à se lancer - Pau était 8e après huit journées, Mont-de-Marsan 10e après neuf matches -, les deux clubs ont redressé la barre pour atteindre les positions de barragistes dès la mi-parcours uniquement précédés par l'ogre Grenoble et Dax, le voisin des Montois.

L'Aquitaine à la fête

"Cela va être très compliqué", s'est méfié l'arrière Frédéric Manca, l'homme aux 314 points en saison régulière, qui refuse le statut de favori. "Contre La Rochelle, on a failli 'mourir' à la fin", s'est-il souvenu en rappelant le barrage où les hommes du duo Joël Rey-David Aucagne ont tremblé jusqu'à la fin et une pénalité de Laloo, finalement ratée (16-14). Côté montois, on met en avant la stabilité de la Section durant toute la seconde partie du championnat, mais on reconnaît avoir la possibilité de renverser la tendance issue de la phase régulière.  "Notre stratégie sera d'envoyer du jeu (...), la caractéristique du travail mis en place par les entraîneurs" Marc Dal Maso et Stéphane Prosper, a assuré le président Jean-Robert Cazeaux. Plus pragmatique, Prosper, sachant ses joueurs fatigués par 13 matches consécutifs en raison de nombreux report, voudra s'appuyer sur les bases (conquête, défense et discipline) et vraisemblablement sur la botte d'Antoine Vignau-Tuquet.

Seule certitude, l'Aquitaine comptera plus d'un tiers des équipes du Top 14 la saison prochaine. Avec cinq équipes, elle n'aura jamais été à pareille fête.