O'Driscoll Brian Xv d'Irlande fatigué 2008
Brian O'Driscoll, le capitaine du XV du Trèfle | DR

Marée noire sur l'Irlande ?

Publié le , modifié le

Intraitables à Edimbourg le week end dernier (49-3), les All Blacks savent qu'ils devraient rencontrer un peu plus de résistance ce samedi à Dublin contre des Irlandais qui rêvent de les battre. Les Springboks, également invaincus sur cette tournée automnale, partent favoris en Ecosse. L'Italie défie l'Australie tandis que l'Angleterre et le pays de Galles font tourner respectivement face aux Samoa et aux Fidji.

Les All Blacks en danger ?

Toute l'Irlande rêve d'un exploit ! Battre la Nouvelle-Zélande reste en effet l'ultime performance que les Verts n'ont pas encore réussi à décrocher. En 105 ans de confrontations entre les deux pays, les Irlandais n'ont accroché qu'une seule fois les Blacks (10-10 en 1973). Et ils ont connu la défaite à 22 reprises ! Ils devront donc réaliser le match parfait pour prendre le dessus sur l'armada noire. L'entraîneur de la Nouvelle-Zélande Graham Henry a procédé à cinq changements dans son XV de départ tout en maintenant son capitaine Richie McCaw et l'arrière Mils Muliaina, qui deviendront les All Blacks les plus capés de l'histoire. McCaw (29 ans) et Muliaina (30 ans) devraient honorer samedi leur 93e sélection et dépasseraient ainsi le précédent détenteur du record, l'ex-talonneur Sean Fitzpatrick (92 sélections, 1986-97). Declan Kidney a lui procédé à neuf changements par rapport à l'équipe victorieuse des Samoa (20-10) samedi dernier. Le sélectionneur a notamment rappelé Jonathan Sexton à l'ouverture et Eoin Reddan au poste de demi de mêlée. Les deux joueurs du Leinster remplacent respectivement Ronan O'Gara et Peter Stringer, qui seront sur le banc. Sexton et Reddan faisaient partie de l'équipe battue le 12 novembre par l'Afrique du Sud (23-21). Ils rentreraient dans l'histoire en battant les All Blacks.

L'Angleterre favorite

L'entraîneur de l'Angleterre Martin Johnson a prévenu ses joueurs de ne pas sous-estimer les Samoa, que le XV de la Rose affronte samedi à Twickenham, une semaine après sa belle victoire sur l'Australie (35-18). Ce succès a suscité l'enthousiasme en Angleterre, où on se prend à rêver de nouveau de gloire à un an de la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande. Mais Johnson souhaite au contraire garder les pieds sur terre. "La clé sera d'avoir le bon état d'esprit. Les Samoa représentent un vrai danger", a dit le sélectionneur, qui a maintenu onze des vainqueurs des Wallabies dans son XV de départ. Parmi les changements, l'arrivée du natif d'Afrique du Sud Hendre Fourie au poste de flanker à la place du capitaine Lewis Moody, laissé au repos. Les Samoans n'ont jamais gagné contre l'Angleterre, mais tout le monde se souvient de la résistance qu'ils avaient opposée au futur champion à la Coupe du monde 2003 (35-22), en particulier Martin Johnson, le capitaine d'alors.

Les Boks en mode puissance

C'est devant que l'Afrique du Sud envisage de porter l'estocade à Murrayfield samedi. Face à des Ecossais qui déplorent un grand nombre d'absents et donc un grand déficit de puissance au plus haut niveau, les Springboks miseront sur leur cinq majeur et sur leur troisième ligne de combat (Stegmann, Kankowski, Juan Smith) en l'absence de la star Bryan Habana. Gio Aplon passe de l'arrière à l'aile, le N.9 Ruan Pienaar se retrouve sur  le banc et le N.8 Pierre Spies sort du groupe des 22. Les Ecossais sur leur légendaire courage et leur roublardise. Le demi de mêlée Rory Lawson sera pour la  première fois capitaine après le forfait de Mike Blair, victime d'une commotion.  "Les joueurs se doivent d'être bien meilleurs ce week-end et je crois qu'ils  peuvent rétablir la fierté du maillot de l'Ecosse", a déclaré Andy Robinson, le coach anglais du XV au Chardon.

Les Wallabies en reconquête

Dominés par les Anglais dans un Twickenham conquis, les Australiens espèrent retrouver le goût de la victoire ce samedi à Florence. Mais les Italiens de Nick Mallett possèdent un paquet d'avants déterminé et une capacité à pourrir les ballons pour faire déjouer l'adversaire. Il a également choisi de faire débuter une charnière inédite avec Luciano Orquera à l'ouverture et le novice Eduardo Gori derrière la mêlée. Orquera, qui évolue en club à Brive, remplace Craig Gower, titulaire samedi dernier contre l'Argentine (défaite 22-16) mais blessé à un genou.Les attaquants vert et or (Burgess, Cooper, Beale, Giteau, Mitchell) parviendront-ils à désarçonner la défense transalpine ?