Fofana et Maestri
Wesley Fofana et Yoann Maestri lors de leur première sélection en équipe de France, contre l'Italie dans le Tournoi des 6 Nations 2012 | REUTERS - GONZALO FUENTES

Maestri, le corps et l’esprit

Publié le , modifié le

Deuxième ligne titulaire du XV de France pour affronter les Blacks samedi soir (21h00 sur France2 et Francetvsport), Yoann Maestri est devenu incontournable en Bleu. Un statut qu'il doit à son état d'esprit irréprochable et son intelligence, au service de mensurations exceptionnelles. Champion d'Europe et double champion de France avec le Stade Toulousain, le Varois a soif de victoires au niveau international.

Là où il passe, la concurrence trépasse. Arrivé au Stade Toulousain à 21 ans, Yoann Maestri n'a eu besoin que d'une demi-saison pour convaincre le staff haut-garonnais. Pour séduire celui du XV de France, une demi-heure aura suffi. Appelé une première fois en 2010, le Toulonnais n'avait pas été retenu dans les 23 par Marc Lièvremont. Son heure viendra deux ans plus tard, lors du premier match du tournoi des VI Nations face à l'Italie. A la 51e minute, le colosse de Hyères, 2,01 mètres, 119 kilos, prend le relais de Lionel Nallet dans la cage. « Quand les Italiens ont voulu faire des ballons portés, il a cassé les structures. Et sur les nettoyages, il a été d’une propreté exceptionnelle. » Philippe Saint-André est sous le charme et Maestri poursuit la compétition comme titulaire. Talent d'or du match face à l'Irlande (17-17), il devient même incontournable. Papé, Suta, Samson, Vahaamina ou Flanquart doivent tour à tour se contenter d'une place à ses côtés.

Bru : "Yoann a pris une grande dimension"

"On perd le joueur le plus grand et le plus lourd de notre paquet d'avants, se lamente même l'entraîneur des avants Yannick Bru, lorsque le deuxième ligne se blesse avant le test match face à l'Australie en novembre dernier. C'est un joueur qui a pris une grande dimension cette année, qui était au coeur de nos systèmes devant." Encore titulaire pour affronter les Blacks samedi, Maestri ne se formalise pas de cette pluie de compliments. "C'est bateau de dire ça mais dans le sport ça va très vite, donc il faut tout remettre en question", assène-t-il à la sortie de l'entraînement, à Marcoussis.  A 25 ans, l'enfant du Carqueiranne-Hyères fait déjà preuve d'une grande maturité. "On est quelques-uns dans ce groupe, quel que soit le statut de notre équipe, à se placer en outsider ou en challenger. Parce que c'est là que vous puisez le maximum de motivation et d'énergie, lance-t-il. Dès que vous vous sentez favoris dans un sport de combat, vous perdez un peu cette notion de préparation".

Sorti de la pépinière du RCT, terre où le jeu d'avants est roi, l'ancien espoir toulonnais possède en lui ces valeurs d'engagement et de combat. "En termes d’état d’esprit, il me fait penser à Bakkies Botha (...) Aujourd’hui, Yoann est entre Botha et Fabien Pelous. C’est plutôt pas mal, non ?", disait Guy Novès de son joueur en début de saison dernière. Passé par toutes les sélections nationales jeunes et capitaine de la promotion 2008 du Pôle France où figuraient Parra, Fofana, Bastareaud ou Lakafia, Maestri a pris de l'épaisseur sous le maillot du club 19 fois vainqueur du Bouclier de Brennus. Fougueux et indiscipliné à ses débuts, Mama s'éparpille moins. "Je l’avais vu à la télé. J’avais été frappé par la capacité d’un joueur avec un tel gabarit à se relever aussi vite, reconnaissait Paul O'Connell, deuxième ligne légendaire du XV irlandais. Il plaquait et se rendait disponible immédiatement sur l’action suivante. Je pense qu’il est là (en équipe de France, ndlr) pour un bon moment".

Maestri : "Penser collectif et rester soudés"

Contre la Nouvelle-Zélande, Yoann Maestri fêtera sa 18e sélection. Conscient de la tâche ardue qui attend les siens, le double champion de France (2011, 2012) en appelle à "penser collectif, faire preuve d'abnégation, faire un bloc, être soudés les uns les autres et utiliser les individualités au service du collectif" pour enrayer la formidable machine noire. "On a de quoi s'appuyer sur quelques parties des tests d'été mais aussi sur le travail que l'on a effectué et les qualités des joueurs du groupe. Il faut être raisonné et s'engager avec confiance". Titulaire indiscutable au Stade Toulousain, où il dispute près de 30 matches par saison depuis quatre ans, le champion d'Europe 2010 a tout pour devenir un taulier chez les Bleus.

"Le résultat est le seul témoin dans le sport. On peut avoir les meilleures entraînements, l’envie et la solidarité la plus forte, seul le résultat compte", philosophe-t-il. Pour le moment, ils ne plaident pas en sa faveur sous la liquette tricolore (5 victoires, 2 nuls, 10 défaites). Vexé du dernier tournoi des VI Nations catastrophique et de n'avoir gagné aucun titre avec Toulouse la saison dernière, Maestri est prêt à mettre le bleu de chauffe. Et à élargir sa palette. Plaqueur infatigable et excellent nettoyeur de rucks, le Varois désire s'inspirer "des joueurs de devant dans l'Hémisphère sud, capables de faire des différences avec le ballon ou par leur travail de leurre". Tendre vers le meilleur, la marque des grands. Par la taille évidemment. Mais également par l'esprit.

Jerome Carrere