Angleterre- N.Zélande
| AFP-Adrian Dennis

L'exploit anglais devant les Blacks

Publié le , modifié le

L'Angleterre a réussi la performance d'infliger à la Nouvelle-Zélande, championne du monde en titre, sa première défaite depuis le 27 août 2011, en s'imposant (38-21) samedi en test-match à Twickehnam. Les All Blacks restaient sur une série de 20 matches sans défaite. Dans l'autre test de la journée, à Cardiff, l'Australie a défait le Pays de Galles (14-12).

Depuis un revers face à l'Australie à Brisbane il y a quinze mois, la Nouvelle-Zélande n'avait plus connu l'amer goût de la défaite. Il aura fallu qu'elle dispute le dernier match de sa tournée d'automne, un match en décalé en dehors des "fenêtres" internationales données par l'nternational Rugby Board (IRB), pour mordre la poussière, ou plutôt la grasse pelouse de Twickenham au terme d'un match accroché, au cours desquels les Anglais revigorés ont su mettre davantage de rythme et de rigueur face à des Blacks qui ont paru fatigués.

Les hommes à la Rose qui restaient qui restaient sur deux contre-performances face à l'Australie et l'Afrique du Sud, ont cette fois décidé de jouer sans complexe, de prendre le jeu à leur compte, sans laisser à leurs adversaires le temps de mettre leur rugby en place. Et de fait, les Anglais ont rapidement pris score. Ils menaient déjà 12 à 0 à la mi-temps, après avoir mis à la faute des Blacks bousculés en mêlées,  ce qui donnait à leur buteur Farrell -auteur en outre d'un drop- de faire une premier break. 

Des Blacks pris en faute

Après que les Blacks sont revenus à hauteur en trouvant deux fois la faille dans la défense anglaise, avec deux essais de Savea et Read, les hommes de Stuart Lancaster ont réagit immédiatement en marquant deux essais grâce à la vivacité de leurs trois-quarts successivement Barritt (53), Ashton (57) et Tuilagi (61) en l'espace de huit minutes complètement débridées. Les partenaires du capitaine Richie McCaw, ont certes marqué une 3e fois par Savea mais le trou était fait par Farrell suppléée par Burns. 23 points au pied pour les Anglais contre 6 petits points aux Néo-Zélandais Carter et Cruden, dont aucune pénalité, c'est là que s'est faite la différence. Ces points ont été pris grâce à un combat énorme d'un pack anglais retrouvé, plus fort physiquement que des Blacks émoussés et souvent mal organisés, qui ont commis un nombre inhabituel de fautes au sol et en mêlée. 

ANGLETERRE-NOUVELLE ZELANDE: FICHE TECHNIQUE
A Twickenham: Angleterre bat Nouvelle-Zélande 38 à 21 (mi-temps: 12-0)   Spectateurs: 83.000Arbitre: George Clancy (IRL)Temps: froid - Terrain: bon. Les points: Angleterre: 3 essais Barritt (53), Ashton (57), Tuilagi (61), 1 transformation (Farrell 61), 6 pénalité Farrell (25, 32, 40, 42), Burns (66, 72), 1 drop Farrell  (37)  Nouvelle-Zélande: 3 essais Savea (47, 74), Read (50), 3 transformations Carter (47, 50), Cruden (74)Exclusion temporaireAngleterre: Vunipola (74)

Les Anglais ont donc réussi l'exploit de cet automne, alors que les hommes de Steve Hansen, qui enregistre son premier revers en tant qu'entraîneur depuis sa prise de fonction après le Mondial-2011, avaient pourtant paru intouchables lors de cette tournée d'automne, après avoir écrasé l'Ecosse (51-22), l'Italie (42-10) et le pays de Galles (33-10). L'Angleterre, double aussi cet exploit du plus grand écart jamais réalisé face aux All Blacks (+17), le précédent record étant de 13 points... en 1936 (13-0) à Twickenham déjà. Il s'agit aussi de la plus lourde défaite des All Blacks depuis le 28 août 1999 et un 28-7 encaissé face à l'Australie à Sydney.    

L'Australie se rassure en brisant les espoirs gallois

A Cardiff, les Gallois sont passés aussi bien près d'une belle performance en ne s'inclinant que de deux points (14-12) face à l'Australie. Mais malgré cette héroïque résistance la crise couve chez les Diables rouges, qui ont subi une septième défaite consécutive aux accents quasi dramatiques, crucifié à vingt secondes du terme par un essai de Kurtley Beale et la blessure de son arrière Leigh Halfpenny.  Un silence assourdissant s'est abattu sur le Millenium Stadium avec la sortie sur civière  de l'arrière gallois, blessé sur la dernière action amenant l'essai de l'ouvreur australien qui actait une victoire miraculeuse des Wallabies.  

L'Australie par quatre fois, la Nouvelle-Zélande (33-10), l'Argentine (26-12) et même les îles Samoa (26-19): le XV du Poireau a réalisé une sorte de Grand Chelem à l'envers face aux nations du Sud. Une spirale désespérante, entamée après le vrai Grand Chelem dans le Tournoi des six nations dans la foulée d'une si prometteuse quatrième place au Mondial-2011. Quatre pénalités de Leigh Halfpenny contre trois pour l'ouvreur australien ont longtemps semblé suffisante aux Gallois pour venir à bout d'une équipe australienne elle aussi en quête de confiance après un bilan mitigé lors de cette tournée. Mais les hommes de Robbie Deans se sont accrochés jusqu'au bout  et ont été récompensés de leur patience par l'essai de Beale, donc, en toute fin de partie, grâce auquel les Wallabies sont parvenus à éviter le scénario de leur défaite inattendue contre l'Irlande en coupe du Monde. Cet essai leur a aussi permis d'éviter le pire alors que leurs prestations avaient été vivement critiquées aux Antipodes.

Pour le Pays de Galles en revanche, la situation se complique. L'entraîneur néo-zélandais Warren Gatland doit s'attendre à une année 2013 compliquée. Récemment rentré au pays de Galles, pris par sa double-casquette d'entraîneur du XV du Poireau et des Lions Britanniques, il sera sous pression pour aborder le Tournoi des six nations.     

Christian Grégoire