Galles - Angleterre
Les Anglais de Hape en blanc face aux Gallois de Jones en rouge et noir s'inclinent | AFP - GLYN KIRK

Les Gallois découpent la Rose

Publié le , modifié le

Le pays de Galles a produit un match solide, notamment en défense, pour venir à bout de l'Angleterre 19 à 9. Battus la semaine dernière (23-19), les Dragons ont affiché une belle forme physique et beaucoup d'engagement pour gagner la bataille des rucks. Pour les Anglais, cette défaite suscite des interrogations sur le contenu de la préparation: beaucoup de physique et peu de rugby.

Quand l'Angleterre arbore (enfin) son traditionnel maillot, c'est au tour des Gallois de se prendre pour les Blacks dans un maillot rouge et noir assez moche. Inspirés par leurs nouvelles couleurs, les coéquipiers de Gavin Henson, de retour en équipe nationale, ont affiché beaucoup d'appétit, de puissance et de jus à l'inverse des Anglais un peu plus fringants que la semaine dernière mais pas forcément inspirés en attaque. En tout cas, un vrai match de rugby, âpre, rythmé et intense, entre deux équipes désireuses de s'évaluer. Tout sauf amical.

Le quinze de la Rose a aligné ses forces vives (Flood, Foden, Tindall, Easter) pour confirmer sa prestation à domicile. Mais les Gallois ont mieux commencé. Dynamiques dans le jeu, ils ont récolté des pénalités et pris la marque (6-3, 10e). Décidés à répéter leurs gammes, les Anglais n'ont pas tapé les pénalités, pourtant bien placées, et ont multiplié les occasions d'essais (15e, 34e, 38e, 40e) sans parvenir à marquer. Ils ont buté à chaque fois sur une excellente défense rouge et noire tout en accumulant des fautes sur les rucks et des pertes de balles. Une domination très stérile malgré une pénalité de Flood (6-6).

Cartons jaunes gallois, fautes anglaises

Devant la multiplication des fautes, Alain Rolland a expulsé d'entrée Jamie Roberts, sanctionné par la botte de Flood (6-9, 42e). La partie n'a pas baissé de rythme. Courageux, les Gallois n'ont jamais lâché en défense alors que les Anglais ont eu du mal dans la finition en raison de libérations trop longues et de choix pas judicieux (47e et 50e). Requinqués par leur performance défensive, les hommes de Warren Gatland ont retrouvé un second souffle pour revenir dans le camp anglais et inscrire le premier essai de la partie par Hook après plusieurs renversements de jeu et une action bien constuites (13-9, 59e).

Le plus étonnant est la bataille des rucks perdue par les Anglais. En retard au niveau des soutiens, mal positionnés sur les points de rencontre, les hommes de Martin Johnson ont concédé beaucoup, beaucoup de pénalités (16-9, 68e). Même si les Gallois ont fini à 14 après le carton jaune de Mike Phillips (72e), les Anglais n'ont jamais bonifié leur domination. Au contraire, Hook a scellé la victoire des Rouge et Noir (19-9, 80e). Heureux au coup de sifflet final, les Gallois sont rassurés: ils seront prêts pour l'ouverture de la Coupe du monde face à l'Afrique du Sud. Quand aux Anglais, ils ont encore du travail.

Déclarations :

Martin Johnson (sélectionneur de l'Angleterre): "C'était un peu du n'importe quoi. Nous n'avons pas d'excuses, il va falloir régler tout ça. Nous avions la main mise sur le jeu mais nous avons perdu notre cohésion. C'est vraiment décevant. C'est l'un des matches les plus étranges que j'ai vu. Nous allons en tirer les leçons et devenir meilleurs."
Warren Gatland (sélectionneur du pays de Galles): "En terme d'investissement, les joueurs ont été exceptionnels, on ne peut pas leur enlever cela. Plus le match avançait et plus nous étions forts. Aujourd'hui, il n'était pas important de produire du beau rugby mais de montrer du caractère. C'est un message que nous envoyons."
Sam Warburton (capitaine et 3e ligne du pays de Galles): "Une victoire était vitale pour nous, pour retrouver le goût de la victoire. L'Angleterre a été très forte en première mi-temps mais on s'est accroché et on a obtenu ce résultat, ce qui est le plus important."
Mike Tindall (capitaine et centre de l'Angleterre): "Cela a plus souvent ressemblé à du catch et ce n'est pas ce que nous voulions. Nous avons eu tellement le ballon et tellement de possessions et nous n'avons rien produit. Il va falloir prendre du recul et examiner tout ça. Il faut assumer cette défaite."

Mathieu Baratas