Les Crusaders face aux Sharks
Dagg en pénétration sous le regard de McCaw face aux Sharks | AFP - FIONA GOODALL

Les Crusaders retrouvent la finale du Super-15

Publié le , modifié le

Equipe la plus titrée de la compétition (7 victoires), les Canterbury Crusaders se sont qualifiés pour la finale du Super-15 pour la première fois depuis 2008. A domicile, l'équipe néo-zélandaise n'a fait qu'une bouchée des Sud-Africains des Natal Sharks (38-6). Les Néo-Zélandais seront opposés en finale aux Australiens des Waratahs (1ers de la saison régulière), vainqueurs des Brumbies (26-8).

Les Sharks étaient venus ici s'imposer, à 14, durant la saison régulière. Mais pour cette demi-finale, ils n'ont jamais existé. Une pénalité de Dan Carter dès la 2e minute, un essai inscrit par Read après une récupération à mi-terrain dès la 16e minute, les Crusaders ont réalisé un énorme match pour se qualifier pour la finale du Super-15. Cela faisait depuis 2008, et leur dernier succès sur les Waratahs (20-12) que les coéquipiers de l'ouvreur des All Blacks n'avaient plus atteint la finale de cette compétition. Ils en sont pourtant les recordmen des victoires, avec 7 sacres en 18 éditions (et 3 finales perdues). Le pied de Carter, placé au centre pour laisser Slade à l'ouverture, a d'abord fait la différence (3 pénalités en 1ère période et 1 transformation), avant que les essais ne pleuvent en fin de match, avec un de Nadolo Nasiganiyavi (48e), un de Heinz (64e), un de McNicholl (69e) et un de Todd (77e). Les Sharks ont dû se contenter de deux pénalités de Lambie (21e, 34e). Une domination totale.

Cela ne devrait pas être aussi simple en finale. En face, il y aura les Waratahs, qui n'ont toujours pas conquis ce Super-15. Les Australiens sont sortis vainqueurs du duel 100% australien face aux Brumbies (26-8), grâce à un essai très précoce de l'ailier Alofa (2e), imité par Beale (46e) puis Foley (75e). La finale entre ces deux clubs, et les duels à distance entre les arrières-relanceurs Israël Dagg et Israël Folau, ou entre les 3e lignes Palu et Read promettent de belles étincelles.