Top 14 Toulouse Montpellier Servat 012011
le Toulousain William Servat | AFP - Pascal Pavani

Les clubs français en manque de souffle

Publié le , modifié le

Avec une seule victoire en six matches (celle du Stade Toulousain devant Gloucester) l'ouverture de la Coupe d'Europe n'a pas vraiment souri aux clubs français. Une vraie déception pour les formations tricolores qui affichent toujours de vraies ambitions dans cette compétition. Nos représentants ont dans l'ensemble souffert d'un manque de cohésion face à des équipes mieux armées.

Toulouse, quadruple champion d'Europe, a le seul  sauvé les meubles en étant le seul club français à s'imposer contre Gloucester (21-17), à l'issue  d'un week-end noir où les Gallois ont malmené les représentants du Top 14. Pourtant menés à la pause et malmenés par Gloucester, car incapables de concrétiser  en raison des fautes de main de leurs ailiers Matanavou et Donguy, les  Toulousains ont toutefois réussi à l'emporter au stade Ernest-Wallon grâce à un  essai sur le tard de Poitrenaud (21-17). Mais ils ont aussi montré une vraie fébrilité et quelques lacunes dans l'animation du jeu, qu'ils devront absolument gommer pour espérer jouer le rôle que l'on attend d'eux dans cette épreuve.  

Pour ses premiers pas dans la compétition, Montpellier a fait trembler le  champion en titre, les Irlandais du Leinster (16-16) à la Mosson. Courageux en  défense, les Héraultais peuvent regretter une fin de match mal gérée qui a vu  Jonathan Sexton passer la pénalité du nul juste après la sirène. Malgré tout, l'abnégation des Montpelliérains fut une des satisfactions de cette première journée.  

Dans une poule 1 difficile, Castres a laissé filer des points précieux à  Llanelli en s'inclinant 31 à 23. Rhys Priestland a même privé les Tarnais du  bonus défensif d'une pénalité en toute fin de match. Les Castrais attendent  désormais le Munster pour un exploit. Mais ils ont montré leurs limites dans le combat, prouvant que depuis quelques semaines ils ont sérieusement perdu de leur fraîcheur.

Le Racing-Métro s'est compliqué la tâche en vue de la qualification pour  les quarts, en cédant d'entrée face aux Cardiff Blues vendredi (26-20) au stade Yves-du-Manoir. Les Parisiens ont eu toutes les peines du monde à structurer leur jeu, face à un collectif gallois mieux huilé, qui a sans doute montré aux hommes de Berbizier qu'il leur restait encore un peu de chemin à faire pour se hisser au plus haut niveau européen. 

Auteur d'un très bon début de saison en championnat, Clermont marque le pas avec cette défaite à Belfast contre  l'Ulster (16-11). Pourtant déjà avertis par leur revers  contre le Stade Français, la semaine précédente, les Auvergnats ont paru à  court d'imagination en seconde période et ont vu la victoire s'évaporer sur un  essai de Ian Humphreys à dix minutes du terme. Malgré tout, les Clermontois semblent avoir suffisamment d'expérience pour redresser la barre, d'autant que le retour des internationaux devrait leur permettre de retrouver une équipe mieux organisée et plus solide.

Pour Biarritz en revanche, la période est vraiment compliquée. Lanterne rouge du Top 14, le BO n'a rapporté qu'un point de bonus défensif de son déplacement à Swansea, chez des Ospreys leaders en Ligue celtique (28-21). Le retour des mondialistes Harninordoquy, Yachvili, Lakafia,  Barcella et Traille au coup d'envoi a certes amené du talent, mais, ainsi remaniée, l'équipe basque se cherche dans le jeu. Il faudra trouver davantage de repères  avant de recevoir les Saracens samedi.