Adam Ashley Cooper tente d'arrêter Vincent Clerc lors de France-Australie
Adam Ashley Cooper tente d'arrêter Vincent Clerc lors de France-Australie | LIONEL BONAVENTURE / AFP

Les Bleus surpassent l'Australie

Publié le , modifié le

Deux ans après une débâcle mémorable au même endroit (16-59), l’équipe de France a pris une éclatante revanche sur l’Australie, dominée 33-6 au stade de France. Les Bleus, largement dominateurs en mêlée, ont inscrit trois essais (Picamoles, Fofana et de pénalité) et se sont montrés entreprenants. Après une belle première période, les Wallabies n’ont pas tenu la distance, s’usant sur la remarquable défense tricolore.

Au coup d’envoi de ce France-Australie, la donne était simple. Les Français, qui restaient sur cinq échecs consécutifs, allaient-ils de nouveau s’incliner face à leur « bête jaune ». Sur un terrain rendu gras par la pluie tombée sur l’Ile de France dans l’après-midi, les 30 acteurs du match ne partaient pas dans les meilleures conditions pour offrir un spectacle attrayant aux quelques 60 000 personnes présentes. Au coup de sifflet du Gallois Nigel Owens, ce sont les Australiens qui engageaient par un coup de pied de l’ouvreur d’origine aborigène Kurtley Beale.

Dans le sillage de Picamoles

Les Bleus se procuraient la première occasion de scorer dès la 3e minute, un drop manqué de Dulin du pied gauche. Dans la foulée, sur un petit coup de pied en chandelle de Dulin, l’arrière Harris commettait un en-avant, repris par un coéquipier hors-jeu. Frédéric Michalak ne manquait pas la pénalité (3-0, 5e). Quelques minutes plus tard, l’arbitre sanctionnait Ouedraogo qui ne s’était pas écarté d’un regroupement. Harris réussissait la pénalité des 25 m (3-3). Les deux équipes tentaient de produire du jeu mais les défenses ne s’en laissaient pas compter. Juste avant le quart d’heure de jeu, la mêlée bleue enfonçait le pack aussie à proximité de la ligne d’en-but. Pénalité ! Cap’tain Papé prenait la mêlée. Sur celle-ci, Picamoles –extraordinaire durant une heure- ramassait le cuir et profitait d’une feinte de Machenaud pour aller à dame. Michalak transformait (10-3, 14e).

L’Australie crache son venin

Les Wallabies tentaient de réagir dès les instants suivants. Ils s’installaient dans le camp tricolore, profitant notamment d’un coup de pied dévissé de Dulin. Ils assiégeaient les 22 m français et obtenaient une pénalité bien placée pour hors-jeu de la défense adverse : Harris rapprochait les siens à quatre points (10-6, 23e). L’Australie commençait à enchaîner entre avants et trois-quarts, et les Coqs se mettaient à la faute en plusieurs occasions. L’essentiel du jeu se déroulait dans le camp français. Sur un coup de pied à suivre de Beale, Clerc s’en sortait parfaitement grâce à un crochet audacieux sur Ashley Cooper. Mais l’équipe de France était contrainte à défendre. Une mauvaise passe de McCabe en bout d’attaque empêchait les visiteurs de marquer un essai quasiment fait (28e).

Michalak fait un sans-faute

Arc-boutés dans leurs 30 m, les hommes de Philippe Saint-André plaquaient tout ce qui bougeait mais ils ne parvenaient que momentanément à éloigner le danger. Le public ne s’y trompait pas, encouragement de plus belle cette jeune équipe de France. Heureusement, la mêlée fermée constituait la force numéro 1 des Bleus qui tenaient bon malgré les coups de boutoir d’en face. Après la demi-heure, l’intenable Louis Picamoles chargeait plein axe sur 20 m, mais l’action avortait à cause d’une mauvaise réception de Forestier sur une passe de Machenaud alors qu’il y avait grand danger pour les Aussies. Sur l’action suivante, Monsieur Owens offrait une pénalité aux Bleus pour une entrée illicite australienne dans un ruck. Des 25 m sur la droite, Michalak ajoutait trois points pour la France (13-6). Et juste avant la pause, l’ouvreur du Ercété ajustait un drop dans un fauteuil pour donner de l’air aux Bleus qui venaient de réaliser une action de plus de trois minutes avec de nombreux temps de jeu et quelques percées (dont une de Forestier). Les Bleus menaient 16-6 à la mi-temps. Un avantage assez net par rapport à la physionomie du match.

Les intentions sont françaises

Dès l’entame de la seconde période, les Français attaquaient bille en tête. Suite à une belle percée de Clerc, l’action se poursuivait avec Ouedraogo mais un en-avant de Fritz à la sortie du regroupement faisait échouer l’action (43e). Le pack bleu continuait de dominer la mêlée australienne qui s’écroulait. Buteur longue distance, Fritz ratait la cible des 40 m en coin. Robbie Deans et PSA effectuaient alors leurs premiers changements pour redynamiser leurs équipes respectives. Moore et Slipper renforçaient la première ligne aussie tandis que Kayser et Domingo remplaçaient Szarzewski et Kayser côté bleu. A une demi-heure de la fin, l’avance française semblait conséquente mais on ne pouvait s’empêcher de penser à la déroute de novembre 2010.

Les Wallabies craquent

La France en profitait pour tuer le match peu avant l’heure de jeu. A la réception d’un dégagement de Beale, Dulin récupérait le cuir et transmettait à Michalak. Le Toulonnais accélérait et prenait de vitesse Beale à l’intérieur avant d’adresser une longue passe sur l’aile droite à destination de Fofana qui filait pour aplatir en bonne position. Michalak transformait pour donner de l’ampleur au score (23-6, 56e). Les Wallabies venaient de prendre un pet au casque et rien ne s’arrangeait puisque les avants tricolores continuaient de bouffer leurs homologues de l’île-continent. Et les Français étaient tout près de marquer un troisième essai quelques minutes plus tard après une très longue action agrémentée d’une charge furieuse de Picamoles un tantinet trop gourmand alors qu’il avait du monde sur son aile droite. Ce n’était que partie remise. Les Bleus, décidément irrésistibles en mêlée fermée, se voyaient accorder un essai de pénalité pour avoir concassé leurs homologues. Michalak transformait (30-6, 66e). Juste après, Picamoles sortait sous les vivats de la foule.

La mêlée bleue impériale

Puis Simmons s’en sortait bien sur un plaquage illicite sur Nyanga qui aurait mérité –au moins- un carton jaune. Nigel Owens demandait aux deux capitaines de calmer leurs joueurs car l’excitation gagnait les deux camps, les Australiens faisant preuve d’une excitation inhabituelle. Sur un ballon perdu par Dulin près de la ligne d’en-but tricolore, ils pensaient bien avoir réduit l’écart, mais la vidéo ne validait pas l’essai. Et sur la mêlée à cinq qui suivait, le huit bleu reprenait le dessus, juste après la sortie de Nyanga et son remplacement par le jeune 2e ligne de l’Usap, Vahaamahina, pour une première cape pleine de joie. Dans les dernières minutes, après une énième mêlée française dominatrice, Parra inscrivait une nouvelle pénalité pour porter le score à 33-6. Une vraie correction pour les Wallabies.Les supporters français, aux anges, pouvaient saluer la démonstration des leurs par une vibrante Marseillaise. Ces Bleus-là la méritaient vraiment.

Voir la video