Les Bleus échouent sur le fil face à l'Australie

Les Bleus échouent sur le fil face à l'Australie

Publié le , modifié le

Le XV de France s'est incliné d'un rien face à l'Australie au Stade de France au terme d'un match rythmé et indécis (23-25). Les Bleus ont confirmé les nets progrès entrevus face aux Samoa et peuvent envisager avec un relatif optimisme leur dernier match de la Tournée d'automne face à la Nouvelle-Zélande la semaine prochaine.

Plus que le résultat, il faudra retenir la manière. Dans le jeu, dans les intentions et leur réalisation, le XV de France aura fait jeu égal avec l'Australie. En soi, c'est déjà une heureuse surprise. Il ne lui a manqué qu'un tout petit peu de lucidité dans certains moments clés pour faire basculer la rencontre de leur côté. Ce sont des détails mais, à ce niveau, ce sont des détails qui comptent...

La défense australienne n'est pas aussi permissive que celle des Samoa, c'est un fait. Il n'empêche, les Français mettent en point d'honneur à la chatouiller dès les premières minutes, surfant ainsi sur la vague du Pacifique de la semaine dernière (52-8). Surpris par la déferlante bleue, les Wallabies multiplient les fautes, techniques et disciplinaires, et encaissent d'abord un première pénalité de Machenaud (3-0, 6e) mais ce n'est qu'une escarmouche avant l'estocade : sur 50 mètres, les Français vont remonter le terrain, multipliant les passes au contact et les temps de jeu dans une véritable symphonie collective. La note finale est jouée par Vakatawa, qui gratte un ballon et plonge comme un avant dans l'en-but (8-0, 18e).

Le premier essai de Vatakawa en vidéo : 

Mais ce ballet tourne rapidement court. Pas assez présents dans les rucks et certainement trop passifs dans leurs défense au large, les hommes de Novès subissent de plein fouet le rebond des Wallabies. Bernard Foley, qui remplace finalement Quade Cooper, forfait de dernière minute, démontre rapidement pourquoi il est le titulaire indiscutable à l'ouverture, et aussi certainement l'un des meilleurs du monde à son poste. Il passe deux pénalités, contre une à Machenaud, et oriente parfaitement ses avants qui enfoncent leurs vis-à-vis pour inscrire, en toute logique, un essai de pénalité (8-10).

Folley pas l'inviter

Double peine pour les hommes de Guirado qui perdent en plus Ollivon pour 10 minutes sur cette action... A la pause, la botte du numéro 10 australien permet aux siens de virer en tête (11-13) mais c'est dès la reprise que Foley fait surtout la différence. Après un succession de temps de jeu, des brèches s'entrouvent inexorablement dans la défense tricolore et le maître la joue solo pour feinter toute l'arrière-garde (11-20, 43e).

La France aurait pu courber l'échine mais elle va au contraire la redresser. Spedding, Vakatawa et Fofana jouent les jongleurs équilibristes pour servir Doussain qui marque son premier essai en sélection en même temps qu'il relance le match (16-20, 53e). Mais pour un temps seulement car, dans la foulée, Kuridrani, en bout de ligne, se suspend en l'air avec le corps en touche, pour réussir quand même à aplatir avec la souplesse d'un chat (16-25, 58e).

L'essai de Kuridrani en vidéo

Dans une fin de match où les deux équipes se rendent coup pour coup, le finish est néanmoins français. Fofana s'infiltre et redonne l'espoir à tout un stade en marquant entre les poteaux (23-25, 65e) mais, à l'image d'un Pocock toujours aussi habile à ralentir le jeu dans les regroupements, l'Australie parvient à conserver son mince pécule d'avance jusqu'à cette dernière minute irrespirable. Au terme de celle-ci, et après un magnifique travail des avants, Camille Lopez est mis dans de bonnes conditions pour tenter le drop de la gagne mais celui-ci passe à quelques centimètres des perches. A ce niveau, ce sont les détails qui comptent. 

Julien Lamotte