Angleterre - Australie
Le centre anglais Tuilagui pris par Dennis et Hooper | AFP - ADRIAN DENNIS

Les Blacks à leur main

Publié le , modifié le

A Twickenham, l'Australie a réagi en disposant de l'Angleterre (20-14) à Twickenham. La Nouvelle-Zélande s'est imposé largement (42-10) sur le terrain de Rome face à des Italiens qui ont craqué après l'heure de jeu, encaissant trois essais en fin de match. A la mi-temps, les hommes de Jacques Brunel n'étaient menés que (13-7). A Murrayfield, l'Afrique du Sud s'est imposée difficilement face aux Ecossais (21-10). Les nations du Sud réalisent un sans-faute ce week-end

Les Samoa vainqueurs du Pays de Galles vendredi soir, les succès s'enchaînent pour l'Hémisphère Sud. Et la position de tête de série s'est sans doute jouée à Twickenham. En s'imposant (20-14), l'Australie a sauvegardé sa place parmi les quatre meilleures nations du monde, ce qu'une défaite ne lui garantissait pas. En plus, elle a pratiquement condamné le XV de la Rose à oublier un statut de privilégié pour "sa" Coupe du monde en 2015. Désormais, la France a plus que jamais son destin en mains, mais l'Argentine également. Ces deux nations peuvent décrocher cette 4e place au classement IRB, sésame pour un tirage plus confortable le 3 décembre prochain.

Steve Hansen (entraîneur de la Nouvelle-Zélande): "Je félicite l'Italie, qui a joué un grand match de rugby. L'Italie est venue pour jouer, elle veut vraiment devenir une grande nation de rugby. Je pense que les gens qui ont vu le match vont rentrer chez eux en se disant que le rugby est un jeu magnifique. De notre côté, nous avions l'air un peu fatigués en début de match, puis nous avons réussi à élever notre niveau de jeu. Nous avons eu des problèmes en première période, nous n'étions pas très efficaces dans les regroupements."
Jacques Brunel (FRA/entraîneur de l'Italie): "On a vu beaucoup de choses intéressantes, je pense que nous avons donné une belle image. Nous avons réussi à jouer notre jeu, à montré la qualité de cette équipe. A la 60e minute nous avons une touche, il y a encore 23-10, nous pouvons alors mettre un peu de doute à cette équipe, mais nous avons perdu cette touche et pris un essai, c'est ce moment que je regrette. Mais nous pouvions faire douter les All Blacks, et pour cela, ce match est une bonne performance. Sur 40 minutes de jeu effectif, nous avons une possession de 50-50 avec les Blacks, et un match quasiment de même niveau nous attend la semaine prochaine (contre l'Australie). Nous voulons nous approcher de ces équipes, pas une fois, mais tout le temps. Jouer, c'est la voie à suivre, nous chercherons à le faire 80 minutes le prochain match, mais je pense que nous sommes sur le bon chemin."

Barnes passe 15 points au pied

Une semaine après la claque du Stade de France, les Wallabies ont parfaitement réagi à Twickenham, marquant un premier essai par Cummins bien servi par une percée de Phipps (34e), juste avant que Tuilagui ne lui réponde et que la vidéo ne valide l'essai (38e). Laissé sur le banc à Paris la semaine passée, Barnes a fait pencher la balance du côté des "Aussies" en passant un drop (13e) et surtout quatre pénalités (30e, 43e, 49e, 53e), répondant au bon début de match de Flood (2e, 23e, 33e). Bien que dominés en première période, les Anglais sont parvenus à virer en tête à la mi-temps (14-11). Le XV de la Rose a pris le dessus physiquement la dernière demi-heure, mais sans parvenir à marquer un seul point, faute notamment d'avoir tenté plusieurs pénalités en bonne position.

Sans Daniel Carter, l'équipe de Nouvelle-Zélande n'est pas la même qu'avec le meilleur ouvreur du monde. Mais Aaron Cruden, héros du pays lors de la Coupe du monde en tant que deuxième suppléant, prend de plus en plus d'assurance. A Rome, le jeune demi d'ouverture a frôlé le 100% au pied, passant trois pénalités et quatre des cinq transformations. Grâce à ces points, les All Blacks ont pu conserver une certaine sérénité face à des Italiens qui ont fait bonne figure durant 60 minutes, tentant beaucoup.

Le talonneur Strauss auteur d'un doublé

Un essai de Read (17e) et le pied de Cruden avaient offert un tout petit avantage aux Néo-Zélandais à la pause (13-7), puisque Sgarbi avait également inscrit un essai pour les Transalpins (25e). Ma'a Nonu faisait ensuite la différence (50e). Le drop d'Orquera maintenait l'espoir local (52e), mais ensuite, l'écart se creusait. Cotry Jane (69e), puis le doublé de Julian Savea (73e, 75e) donnaient à ce succès (42-10) une ampleur très large. Les All Blacks et leur équipe renouvelée, avec la charnière inédite Aaron Cruden-Aaron Smith, ont signé leur 19e match sans défaite d'affilée (avec un nul 18-18 contre l'Australie au Four Nations), avant d'affronter le Pays de Galles et l'Angleterre lors des prochains tests. Le meilleur résultat contre les Blacks des Italiens, battus pour la treizième fois en treize rencontres, reste une défaite de 10 points (31-21) à la Coupe du monde 1991.

A Murrayfield, la puissance sud-africaine a eu raison des ambitions écossaises. Les Springboks ont surtout profité de l'indiscipline du XV du Chardon, permettant à l'ouvreur Pat Lambie de passer trois pénalités en première période, ces neuf points s'ajoutant à un essai de Strauss (20e) pour parvenir à la pause avec un avantage confortable (14-3). Ensuite, le talonneur Strauss réalisait un petit exploit en inscrivant un deuxième essai (45e), et c'était tout pour l'Afrique du Sud. Dans les 35 dernières minutes, les Ecossais revenaient dans le match par un essai du remplaçant Pyrgos (50e), mais c'était insuffisant pour faire trembler les anciens champions du monde qui s'imposent (21-10). Las, dans la dernière demi-heure de jeu, les Ecossais jouaient les pénalités à la main et occupaient les 22 mètres sud-africains mais ils étaient incapables de marquer, butant sur un mur Bok. "Ils (les Ecossais) ont tout donné, mais on a bien résisté", commentait François Louw, élu homme du match. "Je suis content de cette victoire, car on est une équipe jeune. Mes joueurs n'ont pas paniqué et ne se sont pas désorganisés", a apprécié l'entraîneur sud-africain Heyneke Meyer. "Ils ont extrêmement bien défendu, on a reculé sur leurs placages et ils étaient physiquement au-dessus de nous", a reconnu l'entraîneur écossais Andy Robinson au micro de la BBC.

Les résultats

Angleterre - Australie 14 - 20
Ecosse - Afrique du Sud 10 - 21
Italie - Nouvelle-Zélande 10 - 42
France - Argentine 39 - 22
Irlande A - Fidji 53 - 0
Géorgie - Japon 22 - 25
Tonga - Etats-Unis 22 - 13