Les All Blacks pulvérisent les Etats-Unis

Les All Blacks pulvérisent les Etats-Unis

Publié le , modifié le

La Nouvelle-Zélande a dominé les Etats-Unis 74 à 6 (mi-temps: 43-6) dans le cadre de sa tournée d'automne à Chicago.

Comme attendu, le quatrième duel entre les Eagles américains et les All  Blacks néo-zélandais a rapidement tourné à la démonstration pour les champions  du monde en titre, vainqueurs du Four Nations pour la troisième année  consécutive. Pour cette rencontre de prestige aux allures d'opération de communication  montée par l'assureur AIG, sponsor des All Blacks, Steve Hansen avait pourtant  décidé de ménager ses cadres, dont sa star Richie McCaw. Il a profité de l'occasion en vue de joutes qui s'annoncent plus rugueuses  contre l'Angleterre (8 nov), l'Ecosse (15 nov) et le pays de Galles (22 nov),  pour tester notamment Sonny Bill Williams qui a passé les deux dernières années  à jouer au rugby à XIII en Australie.

Et "SBW", extraterrestre passé par la France, l'Australie, le Japon et par  la boxe, n'a pas déçu en inscrivant trois des douze essais néo-zélandais. L'ailier de 29 ans s'est régalé face à la défense US bien trop timorée et  statique pour le perturber. Dès la 2e minute de jeu, il a transpercé le rideau défensif américain et a  amené le premier essai inscrit par Nathan Haris. Les Eagles qui n'avaient plus rencontré les Blacks depuis 1991 (défaite  46-6) ont réagi pour revenir à 5-3 après une pénalité de Adam Siddall.

Record avec 60.000 spectateurs

Mais après dix minutes à faire jeu égal, les 18e mondiaux se sont effondrés  face à la supériorité physique et technique de "l'équipe B" néo-zélandaise qui  a inscrit pas moins de cinq essais en dix minutes. Les Blacks ont rallié le vestiaire avec une avance confortable (43-6), mais  ont continué à malmener l'équipe américaine où seul l'arrière Blaine Scully a  surnagé. "C'est juste super d'être de retour sous le maillot des All Blacks. Malgré  le score, on a vu qu'on avait encore des choses à travailler", a souligné "SBW"  qui a cédé sa place à Augustine Pulu après une heure de jeu. Hansen a également pu donner du temps de jeu à son buteur-vedette Dan  Carter, qui n'était plus apparu sous le célèbre maillot noir depuis un an.

Le recordman mondial des points inscrits en test-matches, pour sa 101e  sélection, a passé trois transformations. "On a inscrit des essais extraordinaires, les jeunes poussent derrière,  c'est notre force", a-t-il souligné. Après cette déroute, le rugby américain a mesuré tout le chemin qu'il lui  restait à parcourir d'ici la Coupe du monde 2015. En quatre confrontations avec les All Blacks, les Eagles n'ont jamais  inscrit plus de six points par match. Piétre consolation, plus de 60.000 spectateurs ont assisté à la rencontre,  nouveau record pour un match de rugby aux Etats-Unis.

AFP