L'ERC ne veut pas changer de diffuseur

Publié le , modifié le

La situation reste figée dans le dossier de la Coupe d'europe de rugby, après l'annonce lundi du directeur général de l'ERC, indiquant que son organisation resterait fidèle à la chaîne Sky pour la diffusion des rencontres.

Il s'agit en l'occurrence pour l'ERC de tenter de couper l'herbe sous le pied des ligues française (LNR) et anglaise (Premiership Rugby) qui  ont annoncé le 22 septembre dernier la création de la Rugby Champions Cup, une nouvelle compétition continentale pour 2014-2015, face au blocage de leurs demandes de réforme de la Coupe d'Europe.

 L'ERC affirme que le blocage vient en réalité d'un contrat signé unilatéralement par la Ligue anglaise avec l'opérateur BT pour la diffusion des matches européens des clubs anglais, alors que l'ERC, seule habilitée à le faire, a prolongé son contrat avec Sky jusqu'en 2018."Ce contrat avec BT influe  grandement ce qui se passe actuellement", a expliqué Derek McGrath lors d'une conférence de presse de lancement de la Coupe d'Europe à Cardiff. Pour nous, il est très clair que dénoncer le contrat Sky est la raison pour laquelle les clubs ne veulent plus que l'ERC continue. Le problème, ce n'est pas le niveau de la compétition mais davantage de faire tomber notre société en espérant que cela fera tomber le contrat Sky avec. Ce n'est clairement pas quelque chose que l'ERC entend accepter et toutes les parties concernées ont pris des engagements. L'ERC ne se séparera pas de Sky", a-t-il insisté.

On le voit, et c'est malheureusement le lot de toutes les compétitions professionnelles dès lors que ceux qui en sont les animateurs et  parties prenantes sur le terrain participent de ce mouvement exclusivement financier, sans même considérer quelque dimension sportive que ce soit,  il semblerait pour l'ERC que la défiance des gros clubs anglais et français vis à vis de l'ERC soit exclusivement une affaire de  gros sous. Pour l'heure l'ERC rappelle que, l'an dernier, elle a distribué environ 54 millions d'euros liés aux droits TV, et que cette répartition devrait progresser cette saison, selon les accords passés avec Sky.  Ce qui semble encore trop peu pour les clubs leaders français et anglais, alors que la  PremierShip affirment avoir signé un accord assurant au moins 61 millions d'euros pour les matches européens.

Christian Grégoire