L'équipe de France battue par la Nouvelle-Zélande 24-9

L'équipe de France battue par la Nouvelle-Zélande 24-9

Publié le , modifié le

Malgré une belle résistance, l'équipe de France a une nouvelle fois été battue (24-9) par la Nouvelle-Zélande lors du dernier test de cette tournée disputé à New Plymouth. Les Bleus avaient bien entamé la partie mais ils ont souffert physiquement en deuxième période, subissant la domination territoriale des Blacks. Philippe Saint-André et ses joueurs rentrent de Nouvelle-Zélande avec trois défaites en autant de test-matches.

L’entame de match française était excellente. Humiliés la semaine passée à Christchurch, les joueurs de Philippe Saint-André avaient sûrement à cœur de prouver aux All-Blacks, qui leur avaient réservé le fameux Kapa O Pango pour ce dernier test, qu’ils allaient être un adversaire autrement plus redoutable. De retour comme titulaire, Dan Carter voyait son premier dégagement contré. Malheureusement pour les Bleus, le coup de pied par-dessus de Rémy Talès ne trouvait personne. Le message n’en était pas moins clair. Après une première mêlée dominée par les Bleus, Fritz ouvre le score d’un drop dans l’axe aux 35 mètres. On comprend alors que la tactique est claire : profiter de chaque occasion pour "scorer" et être efficace.

Le jeu français est d’ailleurs en totale adéquation avec cette tactique puisque le triangle de derrière Dulin-Huget-Andreu ne relance pratiquement aucun ballon. Le jeu au pied français est précis et les coéquipiers de Thierry Dusautoir inversent bien la pression. Néanmoins, une faute de Maestri permet à Dan Carter d’égaliser après un quart d’heure de jeu (3-3).

Les buteurs maladroits

Une fois n’est pas coutume, les Français peuvent compter sur un Carter particulièrement maladroit. Après un échec de Doussain, l’ancien joueur de l’USAP trouve le poteau sur une pénalité pourtant largement dans ses cordes. Offensivement les Français mettent à mal la défense black mais PSA peut reprocher à ses joueurs leur manque d’efficacité. Heureusement, la mêlée française est au rendez-vous et permet à Doussain d'avoir une nouvelle tentative. Mais le jeune demi de mêlée se rate à nouveau face aux perches.

Face à la Nouvelle-Zélande, ce genre de raté ne tarde pas à être payé. Sur une longue séquence de jeu néo-zélandaise, le ballon rebondit sur l’aile droite et Ben Smith se jette dans l’en but malgré le retour d’Huget. Monsieur Owens fait appel à la vidéo et valide l’essai. Carter rate la pénalité et on pense que les Blacks vont rentrer aux vestiaires avec cinq points d’avance. Mais les Français repartent de plus belle et cette fois-ci Doussain jouit d’une certaine réussite puisque son ballon touche le poteau avant de rentrer. Mentalement, la réduction de l’écart est importante. Philippe Saint-André et ses joueurs arrivent à la pause avec un seul point de retard (9-8).

Les Blacks montent en puissance

On espère alors que l’équipe de France va pouvoir enfin remporter une victoire dans cette tournée néo-zélandaise mais la deuxième mi-temps ne se passe pas de la même façon. Pourtant, l’entame est une nouvelle fois satisfaisante. Doussain profite d’un plaquage haut de Cane pour passer une pénalité face au poteau (9-8) et redonner l’avantage à son équipe. Mais l’équipe néo-zélandaise monte peu à peu en puissance et accule les Bleus dans leur camp. Dominés territorialement, les Français souffrent et le jeu au pied se fait de moins en moins précis. Carter passe alors deux pénalités pour donner cinq points d’avance aux joueurs de Steeve Hansen (14-9).

Malgré les entrées en jeu de Bastareaud ou encore de Machenaud et Szarzewski, les Bleus ne parviennent pas à se sortir de l’étau black. Maestri se rend mêle coupable d’un mauvais geste au sol sur un adversaire. L’action n’a pas échappé à Monsieur Owens qui exclu pour 10 minutes le deuxième ligne toulousain. Quand Carter passe la pénalité, il reste moins de dix minutes à jouer et les coéquipiers de Dusautoir sont menés de 8 points (17-9). L’affaire est entendue. Ben Smith se permet une dernière percée et tape à suivre pour Barrett qui se couche sur le ballon pour conclure le récital néo-zélandais d'un superbe essai (24-9).

Si le score est dur pour les Français, le constat est évident. Cette équipe de France ne peut pas lutter avec le Champion du monde en titre. Chaque erreur française coûte des points face à une telle équipe. Philippe Saint-André et son staff ont du travail avant un nouveau rendez-vous avec la Nouvelle-Zélande le 9 novembre prochain en France.

Déclarations

Thierry  Dusautoir (capitaine du XV de France): "Il y a de la fierté car on a su les bousculer, les faire douter. La frustration est d'autant plus grande car il y  avait la place mais on n'a pas été assez patients. Les leçons sont dures mais  'est la loi de ce niveau-là. On a été généreux, combatifs mais pas suffisamment patients et rigoureux pour gagner le match. Les vingt dernières  minutes ont été plus difficiles, on a manqué de lucidité et on est moins sorti  de notre camp. Jusqu'à la 60e, physiquement on était dans le coup. (...) Je  pense que le score est assez dur mais il n'y a pas de pitié à ce niveau là. On  prend sept points à la sirène. Est-ce que ça traduit la réalité du match ? Je ne pense pas mais on se souviendra du 24-9. Je suis particulièrement fier de  cette équipe car on nous prédisait 40, 50 points..."

   
Steve Hansen (entraîneur des All Blacks): "Je voudrais d'abord féliciter les  deux équipes pour cette rude bataille durant les trois tests. La France a fait  son meilleur match ce soir et nous avons réussi à répondre, ce dont je suis très heureux. Je suis très content de ce que nous avons fait. Nous avons mis en  place de nouvelles choses dans le jeu, fait entrer de nouveaux joueurs. Ce soir, c'était loin d'être facile. Les Français avaient un plan de jeu intelligent et nous ont mis sous pression. Nous n'avons peut-être pas vu l'amélioration que nous attendions au niveau du tableau d'affichage, mais nous  avons eu du répondant en face et c'est ça qui m'a plu ce soir. Nous pourrions  dire que nous sommes frustrés par cette performance qui n'est pas la meilleure  que nous ayons faite mais nous devons voir plus loin que cela. A ce stade de la saison, c'est satisfaisant."

Christophe Gaudot @ChrisGaudot