Coupe d'Europe Toulouse Harlequins Bouilhou ballon en main plaqué 01 2010
Jean Bouilhou pris par la défense | AFP - Pascal Pavani

Leinster/Toulouse, choc d'esthètes

Publié le , modifié le

Réputés pour le beau jeu qu'ils pratiquent, la province irlandaise du Leinster et le Stade Toulousain s'affrontent samedi (France 2, 16h30) en demi-finale de la H Cup. Soutenus par les 50 000 spectateurs de l'Aviva Stadium, les Dublinois, champions d'Europe 2009, partent favoris face aux Rouge et Noir, quatre fois titrés (1996, 2003, 2005, 2010).

Un très gros défi ! Voilà ce qui attend le Stade Toulousain ce samedi en terre irlandaise. Face à la meilleure formation du pays –le Munster ayant baissé d'un cran cette année au point d'être relégué en Challenge européen, les hommes de Guy Novès devront réaliser le match parfait s'ils veulent accéder à une sixième finale de la plus prestigieuse compétition continentale. Les Toulousains ont disputé 117 matches de Coupe d'Europe, plus qu'aucun autre club. Parmi leurs 84 victoires, 4 nuls et 29 défaites, ils ont notamment joué douze quarts de finale (il n'y avait pas de quarts lors de la première édition en 1995-96, ndlr) et neuf demies. Ils ont participé aux seize éditions de la compétition, ce que seules les provinces irlandaises du Munster, du Leinster et de l'Ulster ont également réalisé mais en évoluant dans un championnat moins concurrentiel. Pour le pedigree, il n'y a pas mieux.

Mais c'est justement pour ça qu'il y a des raisons de se méfier. L'entraîneur du Leinster Joe Schmidt raconte d'ailleurs que la province irlandaise, qui jouera sa troisième demi-finale de Coupe d'Europe d'affilée samedi contre Toulouse, "ciblait plutôt" en début de saison la Ligue celtique que la compétition européenne. "La direction nous a donné l'objectif de gagner la Ligue celtique et la Coupe d'Europe mais c'est très difficile. Si on joue les deux en même temps, on est plus faible dans les deux. Si on en joue qu'une, on peut être plus fort et peut-être lancer une dynamique. Au départ, on ciblait plutôt la Ligue celtique que la Coupe d'Europe parce qu'on était dans une poule de la mort avec Clermont, le Racing et Saracens. On s'est qualifié, il reste deux matches, maintenant on y va à fond. On a laissé des joueurs importants au repos pour le match à Aironi (victoire 20-8 samedi dernier en Ligue celtique sans Cullen, Heaslip, McLaughlin, Sexton, Nacewa, Horgan) pour avoir la meilleure équipe contre Toulouse." 

Le record de Clerc

A l'occasion de cette rencontre, les centres du Leinster Gordon d'Arcy et Brian O'Driscoll pourraient égaler le record de 34 titularisations communes dans la compétition du duo adverse Jauzion-Fritz, associé plus rarement ces derniers temps. Si Yannick Jauzion et Florian Fritz ne sont pas alignés ensemble au coup d'envoi -comme ce fut le cas lors du quart de finale contre Biarritz où Poitrenaud avait été associé à Fritz- et que d'Arcy et O'Driscoll débutent dans le camp adverse, ces derniers rejoindront le haut du tableau aux records de la Coupe d'Europe. Une preuve de plus de la complicité qui unit les joueurs de cette équipe qui a longtemps traîné dans l'ombre du Munster.

Heureusement, la cohésion est également le maître mot au Stade où de nombreux joueurs possèdent des capes et de la bouteille. Un total de 19 joueurs sur les 40 de l'effectif toulousain dans l'édition 2011 compte 30 apparitions ou plus en Coupe d'Europe. Onze d'entre eux ont même disputé 50 matches ou plus. Le plus expérimenté est le troisième ligne Jean Bouilhou (73). Quant à l'ailier Vincent Clerc, il est tout simplement le meilleur marqueur d'essais de la Coupe d'Europe avec 32 réalisations en 60 matches. Il devance le Gallois Dafydd James et l'Irlandais Brian O'Driscoll (29 essais chacun), qui sera sur la pelouse samedi. Ca devrait faire des étincelles.

O'Driscoll a décliné l'invitation mariage de William et Kate

La star du rugby irlandais Brian O'Driscoll a décliné l'invitation au mariage du prince William et de Kate Middleton, vendredi à Londres, pour préparer un match de Coupe d'Europe. Preuve supplémentaire de l'importance de ce match pour O'Driscoll et sa bande. Les supporters irlandais pourront de nouveau entonner le fameux: "in BOD we trust".