Roussow, Botha et Spies Angleterre VS Afrique du Sud 2008
Le pack anglais à la lutte avec les joueurs sud-africains | AFP - CHRIS RATCLIFFE

Le XV de la Rose au révélateur sud-africain

Publié le , modifié le

Après deux victoires consécutives face à des nations de l'hémisphère Sud (Australie et Samoa), l'Angleterre veut réaliser la passe de trois, samedi, à Twickenham, face à l'Afrique du Sud, championne du monde en titre. De son côté, la Nouvelle-Zélande, pays-hôte du Mondial 2011, espère bien réaliser le grand chelem à l'issue de son déplacement au pays de Galles.

Tout auréolé de sa victoire infligée aux Wallabies (35-18), le XV de la Rose s'attaque ce week-end à un autre mastodonte de l'hémisphère sud : l'Afrique du Sud. Si cette dernière a vu ses ambitions de grand chelem réduites à néant après sa défaite en Ecosse (21-17), elle n'en reste pas moins un adversaire dont les hommes de Martin Johnson vont devoir se méfier. Et les souvenirs de leurs duels passés sont là pour le rappeler. Les six dernières rencontres entre les deux formations s'étaient en effet soldées par la victoire des Sud-Africains. Ils avaient notamment infligé un cinglant 42 à 6 aux Anglais, à Twickenham, en novembre 2008, date de leur dernière opposition. Dans ce contexte, on peut s'attendre à voir des Anglais particulièrement revanchards. Mais aussi très en confiance après leurs exploits face à l'Australie (deux victoires en six mois).

Côté effectif, le sélectionneur anglais a choisi de renouveler sa confiance au XV victorieux des Wallabies. Ainsi, le pilier Dan Cole, les troisièmes lignes Lewis Moody et Tom Croft et le centre Mike Tindall, laissés au repos contre les Samoa samedi dernier, font leur retour sous les couleurs de l'Angleterre. Peter de Villiers a, lui aussi, jouer la carte de la continuité, en alignant, à deux changements près, la même équipe qui s'est fait surprendre une semaine plus tôt par l'Ecosse. "Pas de panique, a estimé le coach sud-africain. Cette équipe a toutes les capacités nécessaires, mais une chose est sûre, nous devront exécuter avec plus de précision que contre l'Ecosse." Avant d'ajouter, très lucide : "L'Angleterre a fait de gros progrès depuis son début de tournée en Australie cette année et sera en plaine confiance." Après sa déconvenue en terres écossaises et une piètre campagne dans le dernier Tri-Nations, l'opération rachat des Sud-Af' ne semble vraiment pas gagnée.

L'autre affiche de cette ultime journée de la tournée automnale sera bien évidemment la rencontre entre le pays de Galle et la Nouvelle-Zélande. Après leurs succès en Angleterre (26-16), en Ecosse (49-3) et en Irlande (38-18), les troupes de Graham Henry  peuvent viser un quatrième Grand Chelem automnal de leur histoire après ceux de 1978, 2005 et 2008. Ce qui serait du meilleur effet à moins d'un an du Mondial-2011 sur leurs terres. Et au vu des résultats des Dragons Rouges (deux défaites et un nul), les Néo-Zélandais ne devraient pas être trop à la peine. Steve Hansen, l'adjoint de Henry s'est d'ailleurs fait un plaisir de rappeler : "Depuis que Graham (Henry) a pris les rênes des All Blacks en 2004, nous n'avons jamais perdu contre les Home Unions (Angleterre, Irlande, pays de Galles, Ecosse). Et je ne vois pas pourquoi en commencerait samedi".

Cette dernière journée de tournée mettra également aux prises l'Ecosse avec les Samoa. Après s'être rattrapé de sa défaite subie face aux All Blacks en signant un premier succès contre les Boks depuis 2002, le XV du Chardon reçoit les Samoa avec la ferme intention de faire respecter son rang : celui de tombeur des champions du monde en titre. Les Samoans n'ont qu'à bien se tenir ! Pour l'Italie, la rencontre face aux Fidji sera la dernière occasion de ne pas repartir bredouille de cette tournée. Enfin, dimanche, l'Irlande affrontera les Pumas argentins. Un match de clôture qui promet une bataille acharnée, les Argentins ne s'étant jamais imposés à Dublin.

Isabelle Trancoën