France Nouvelle Zelande Direct
. | AFP

Le XV de France dans "l'agressivité"

Publié le , modifié le

Le XV de France en rassemblement avant de rencontrer la Nouvelle-Zélande samedi dans le cadre des tests d'automne est revenu à ses fondamentaux psychologiques en abordant l'un des points essentiels pour espérer s'en sortir: l'agressivité. Pour les avants surtout, cet ingrédient sera indispensable pour faire douter des Blacks sûrs de leur fait.

Déjà, le filon avait été exploité lors des test-matches de juin par une  équipe de France volontaire mais physiquement à bout de souffle après une  longue saison. A l'Eden Park d'Auckland le 8 juin, les Bleus avaient ainsi pris le  meilleur dans le combat au sol, sans pour autant éviter la défaite 23 à 13. Si l'on oublie la déroute de Christchurch (30-0) une semaine plus tard, le  dernier match à New Plymouth (22-9) avait livré d'autres signes encourageants.
Les Bleus avaient été présents dans le combat,  dans tout ce  qui a été phase statique, les mêlées, les touches, et avaient vraiment gêné les Néo-Zélandais.

De l'engagement 

Chaque succès du XV de France face aux All Blacks s'est en effet accompagné  d'une énorme débauche d'énergie dans l'engagement. En témoigne le dernier en  date, à Dunedin (27-22) en 2009. Dès l'entame, on ne s'est pas laissé impressionner, expliquait à l'époque  le capitaine Thierry Dusautoir. On n'a pas subi le Haka, on a su rentrer avec  beaucoup d'agressivité (...) et en même temps, tactiquement, on a su être  intelligents."  Une recette similaire avait  été employée en finale du Mondial-2011 à  Auckland, achevée sur une défaite minuscule (8-7). Cette fois, face à un paquet d'avants néo-zélandais parfaitement huilé, s'appuyant sur trois mois de vécu collectif grâce au Four Nations, les Bleus du  manager Philippe Saint-André ont de la fraîcheur physique et mentale à  revendre. Ils devront essayer d'en profiter en se montrant encore plus efficace en défense, et en montant très vite pour les agresser davantage. Ce sera sans doute difficile, mais face à une machine aussi bien organisée que l'équipe des Blacks, les Français devront être à 100% et ne pas se poser de question. Leur salut passera par l'engagement, en contestant chaque mêlée, chaque touche, en ralentissant ou perturbant  les sorties de ballons dans les rucks. L'objectif est d'empêcher les All Blacks  de lancer parfaitement leur jeu et d'ainsi mettre à mal leurs repères. Un vrai  défi au vu de la capacité d'adaptation des champions du monde. 

Christian Grégoire