Stade Français VS Harlequins Challenge eurpéen finale 05 2011
Le Stade Français à la lutte avec les Harlequins | AFP - GLYN KIRK

Le Stade Français rate le coche

Publié le , modifié le

Alors qu'ils espéraient sauver leur saison avec le Challenge Européen, les Parisiens ont échoué de peu, vendredi soir, en s'inclinant 18 à 19 face aux Harlequins. Alors qu'ils menaient 18 à 12, les hommes de Max Guazzini ont encaissé le seul essai de la rencontre à trois minutes du coup de sifflet final. Une réalisation de Camacho, transformée par Evans, qui a brisé les rêves du Stade Français qui disputait à Cardiff sa première finale de Challenge Européen.

Après avoir terminée la saison de championnat à une médiocre 11e place, le Stade Français avait placé beaucoup d'espoir dans le Challenge Européen. Malheureusement le club parisien a achevé sa décevante saison dans d'immenses regrets, coiffé au poteau (19-18) à deux minutes de la fin par les Harlequins que les Stadistes avaient su jusqu'alors bien négocier. Un essai de l'ailier argentin Gonzalo Camacho à la 78e minute, transformé  par Nick Evans, a remis les Londoniens en tête alors que les Parisiens  comptaient six points d'avance (18-12) et se voyaient déjà qualifiés pour la  Coupe d'Europe la saison prochaine. Ils ont encore une chance d'y participer si  l'équipe anglaise de Northampton bat la province irlandaise du Leinster samedi  en finale de la Coupe d'Europe. 

Pour la troisième fois, le Stade Français s'incline dans une finale  européenne après ses défaites en Coupe d'Europe en 2001 et 2005, et termine sur  une note très amère sa saison conclue à la 11e place du Top 14, son plus  mauvais classement depuis son retour dans l'élite en 1998. Mais, comme tout au long de la saison, les joueurs du Stade Français ont  été inconstants, dominés en première mi-temps avant de renverser la vapeur en  deuxième pour céder à deux minutes du bonheur. 

Ils ont d'abord tenu sous la pression de Londoniens plus tranchants et  rapides dans leurs initiatives, mais stériles au moment de conclure (25e, 35e).  Ces derniers ont dû s'en s'en remettre à la botte de leur précieux ouvreur Nick  Evans pour inscrire leurs points. En face, Lionel Beauxis a soutenu la comparaison, livrant une très belle  prestation face aux perches comme dans le jeu pour son dernier match sous les couleur parisiennes avant de rejoindre le Stade Toulousain la saison prochaine. Il a maintenu à flots les Parisiens qui ne perçaient que trop rarement le rideau défensif des Harlequins. 

Contrairement aux derniers mois, ils avaient su marquer sur leurs quelques occasions, comme le leur avait demandé leur directeur du rugby Michael Cheika. Mathieu Bastareaud, auteur d'un drop inédit face aux poteaux, a ainsi mis les Parisiens, métamorphosés au retour des vestiaires, en tête au score,  récompensant dix minutes de pression devant la ligne d'essai adverse (50e).Conquérants, solides en défense, ils avaient réussi à maintenir les  Londoniens dans leur camp pour creuser l'écart. Et un nouveau drop réaliste de  l'arrière argentin Martin Rodriguez semblait suffire ... avant que son compatriote du camp adverse ne fasse basculer le match.

Le Stade Français doit désormais compter sur Northampton pour pouvoir disputer la plus prestigieuse des compétitions de clubs la saison prochaine, la H-Cup.

Déclarations :
Pascal Papé : "C'est horrible. On a pourtant tout donné et en deuxième mi-temps, ils n'étaient pas invités. Ils marquent sur une action anodine. Ce titre, ils le méritent juste parce qu'ils gagnent... Si on avait eu cet état d'esprit toute la saison, on n'aurait pas fini onzièmes. C'est encourageant pour la prochaine saison. On perd, mais ce soir on a aussi gagné quelque chose."
Julien Dupuy : "Franchement,  ça fait +ch..+, parce qu'on ne maîtrise pas le match, mais on a quand même des bonnes occasions, on a des bons contres. Mais on ne score pas et voilà, on se fait prendre au milieu du terrain, leur demi de mêlée sent super bien le coup, il met un petit coup de pied et ils marquent en coin. C'est dommage parce que franchement, il y avait la place. Mais il faut être bons joueurs et félicitation aux Anglais."
Mathieu Bastareaud : "On a eu peur de gagner. On a vu qu'on menait au score, les minutes défilaient, on a un peu paniqué, on a commencé à faire des fautes, on s'est précipité, on a perdu des ballons. Voilà, c'est le sport, c'est comme ça. Maintenant, la saison est  terminée pour nous. Pour certains, c'était leur dernier match sous le maillot  parisien. On avait vraiment envie de faire quelque chose aujourd'hui. C'est raté, tant pis".
Michael Cheika : "On est dévasté. On méritait mieux. On est très déçus, on a joué  bien, on a fait des fautes que les Harlequins ont su utiliser. On a su gérer le  match. On a eu des occasions de les mettre loin et le match aurait été plus  simple. L'arbitrage en fin de match, notamment en mêlée, est vraiment malheureux. Ca nous a coûté. Ca nous coûte une place en Coupe d'Europe. Pour  moi, c'est notre meilleur match de la saison en terme d'efficacité. C'est vraiment dommage."

Isabelle Trancoën