Jérome Porical
Jérome Porical (Stade Français) | GAIZKA IROZ - AFP

Le Stade Français a fait sa mue

Publié le , modifié le

Après deux matches de Top 14, le Stade Français et le FC Grenoble Rugby, qui s'affrontent ce soir (20h50) en ouverture de la 4e journée, sont à égalité avec une victoire et une défaite. Pour les Parisiens, il s'agira de prouver qu'ils voyagent mieux que la saison dernière pour espérer une place de barragistes. A Grenoble, on retrouve le Top 14 sept ans après, avec l'ambition de décrocher une deuxième victoire en trois matches.

Au Stade Français, le changement, c'est maintenant. Après trois saisons ratées sur le plan des résultats (7e, 11e et 8e du Top 14) et du jeu, les dirigeants parisiens ont décidé de remettre les choses à plat au sein du club de la capitale. Le principal changement aura eu lieu au sein du staff technique. Exit donc Michael Cheika, arrivé au club en 2010, qui n'aura jamais réussi à redresser le club du président Thomas Savare. Le nouvel homme fort du Stade Français est un ancien de la maison. Richard Pool-Jones a évolué en troisième ligne à Paris de 1997 à 2002 avant de revenir en tant que vice-président en juin 2011 puis donc d'être intronisé directeur sportif à l'intersaison. Mais l'Anglais n'est pas le seul ancien de la maison à revenir dans le giron parisien. Christophe Laussucq a évolué sous le maillot du Stade de 1997 à 2001, il est en charge des arrières et David Auradou, l'ancien deuxième ligne emblématique, entrainera les avants parisiens. Un staff intégralement constitué d'hommes du club qui a pour tâche de remettre le Stade Français sur le devant de la scène rugbystique française.

Les Parisiens voyagent mal

Après une entame réussie, à domicile face à Montpellier, les Stadistes ont chuté à Bayonne. Rendant du même coup le déplacement à Grenoble capitale pour la suite de la saison. Un match en guise de test pour le staff qui a pour objectif de retrouver la victoire à l'extérieur après un exercice 2011/2012 calamiteux dans le domaine avec une 13e place, et avant-dernière place, au classement du Top 14 sur les matches loin de leurs bases. Une difficulté à s'exporter qui a coûté une place de barragistes aux joueurs de la capitale Pour cette rencontre, le staff parisien subi un chassé-croisé à l'infirmerie. Trois joueurs l'intègrent, à savoir l'ouvreur Julien Plisson, blessé à la main droite, le centre Lisandro Gomez Lopez, touché à l'épaule et le pilier Stanley Wright, victime d'une déchirure à un mollet. Dans le sens des départs, le pilier argentin Nahuel Tetaz, le talonneur néo-zélandais Aled de Malmanche et le 2e ligne Juan Guillermain sont à nouveau disponible, tout comme Bézy, Sackey et Bonneval.

Lesdiguières retrouve le Top 14

Du côté grenoblois, le début de saison est encourageant puisque les Isérois ont dû se déplacer deux fois, à Mont-de-Marsan pour une victoire arrachée d'un souffle (28-29) puis à Castres pour une défaite logique face à un candidat aux barrages (30-13). Une rencontre à laquelle n'ont pas pris part Valentin Courent et Nigel Hunt, laissés au repos, qui feront leur retour face au Stade Français. Un autre cadre revient dans le groupe, il s'agit du troisième-ligne sud-africain, Shaun Sowerby. On notera aussi la première sous le maillot grenoblois de l'ailier fidjien, Waqaseduadua. Le stade de Lesdiguières retrouve le Top 14, sept ans après avoir laissé. Les 12 000 spectateurs présents ce vendredi soir espèrent voir leurs joueurs remporter une première victoire à domicile cette saison pour avancer vers le seul et unique objectif du club cette saison: le maintien !