Racing Metro - Saracens
Le Racing a rapidement plié face aux Saracens | MAXPPP - THIERRY ROGE

Le Racing impuissant face aux Saracens

Publié le , modifié le

Les Saracens ont dominé le Racing Metro lors de la 2e journée de la phase de poule de la Coupe d'Europe (30-13). Une victoire facile qui s'est dessinée en première période, sans que les Franciliens ne paraissent jamais en état de rivaliser. Les Anglais confortent leur place en tête de la poule 1.

Le Racing avait fort à faire. Face aux Saracens, les Franciliens avaient la lourde tâche de faire face à l'un des poids-lourd de la scène européenne. Au stade du Roi-Baudoin, l'opposition a tourné court, les joueurs de Gonzalo Quesada abandonnant tout espoir de succès dès la première période (20-3). Les Anglais de Saracens sont en forme et ça se voit ! Déjà auteurs d'un récital lors de la première journée, où les leaders du championnat d'Angleterre avaient étrillé Edinbourg (45-0), ils ont encore distribués des claques samedi contre le Racing. Larges favoris de cette rencontre ils ont assumé leur statut en s'imposant avec la manière (30-13), trois essais à un.

Maxime Machenaud (demi de mêlée du Racing-métro): "On savait qu'il y allait  avoir plus de rythme que face au Munster. On a fait trop d'erreurs pour pouvoir  les mettre en danger, ils ont vite pris le score et après ça a été difficile de  courir après le score."

Pourtant, victorieux du Munster lors de la 1ere journée, les coéquipiers de Benjamin Fall avaient des arguments à faire valoir. Mais, trop dominés dans l’entre jeu, ils n'ont jamais réussi à tenir tête à leurs opposants. Très vite, la tendance du match se dessinait. Après un échange de courtoisie au pied entre Barkley et Hodgson (3-3), Wyles venait trouver la faille dans la défense francilienne (23e min). Un essai transformé par Hodgson pour permettre aux Saries de mener (10-3).

Szarzewski: "Ils ont concrétisé leurs temps forts"

Les Anglais allaient rapidement asseoir un peu plus leur domination. A la 29e min, le capitaine Borthwick alourdissait la marque en venant en force à bout de la défense bleu et blanche: (17-3). Juste avant la mi-temps, Hodgson en rajoutait une louche, face aux perches (20-3).

Au retour des vestiaires, la tendance tardait à s'inverser. Pire, la formation française devenait poissarde. A cinq mètres de sa ligne, Estabanez (51e) se rendait coupable d'un en-avant après une superbe percée de Fall. D'autant plus rageant que quelques minutes plus tard, Hodgson réussissait sa tentative de drop (23-3). Il fallait attendre la 61e min pour voir Imhoff faire revenir les siens dans le match en aplatissant entre les perches (23-10). Une réduction du score pour l'honneur mais qui n'augurait pas une fin de rencontre à l'avantage de la formation française. Au contraire, Fraser venait sceller le score de la rencontre en toute fin de rencontre (78e) grâce à un nouvel essai (30-13). Le Racing s'est battu avec ses armes, mais il a pu mesurer l'écart qui le séparait des tous meilleurs clubs européens. Un constat amer que faisait Dimitri Szarzewski à l'issue de la rencontre : "Ils ont concrétisé leurs temps forts, c'est la différence avec le haut niveau. On a été attentistes et on a subi. C'est dommage."

Voir la video

Voir la video