René Fontès
Le président de Clermont René Fontes | AFP

Le président de Clermont veut continuer à privilégier le recrutement français

Publié le , modifié le

Le président de Clermont a égratigné lundi en conférence de presse les politiques de recrutement de ses concurrents en estimant que les clubs français "devraient avoir le souci d'apporter une contribution à la performance de l'équipe de France". René Fontès faisait ainsi écho à l'interview donnée par son homologue toulousain affirmant qu'il n'allait plus recruter français au motif que les équipes les mieux armées, celles qui fournissent le moins d'internationaux au XV de France étaient désormais favorisées.

"J'ose le dire, je pense que tous les clubs français devraient avoir le souci d'apporter une contribution, une pierre à la performance de l'équipe de France. Notre club met un point d'honneur à en faire partie", a déclaré le président auvergnat, revenant sur les défaillances de recrutement du club pointées la semaine dernière dans la presse par son entraîneur Vern  Cotter. "Nous n'avons pas fait les choix (de recrutement) qui sont les plus  faciles. L'ambition d'avoir un joueur sur trois issu du centre de formation sur  le terrain n'est pas anodin. L'idée d'aller vers un joueur sur deux comme nous  l'avons prévu dans notre plan stratégique est sans doute encore plus  compliquée. D'autres clubs font d'autres choix qui, au moins dans leur tête,  ont peut-être l'avantage de gagner du temps", a-t-il expliqué.

Respecter les règles

Ces propos visent implicitement certains rivaux comme Toulon et le  Racing-Métro qui ont basé leur recrutement sur des joueurs étrangers. Le  manageur du Stade  Toulousain, Guy Novès, et donc son président qui l'a rejoint sur ce sujet dans son intervie lundi à "Midi Olympique" ont également affirmé après l'élimination de leur club en demi-finale de Top 14, qu'ils  allaient désormais se tourner vers des joueurs étrangers et notamment de  l'hémisphère Sud en raison de l'indisponibilité récurrente des internationaux  français retenus en sélection.
"Nous respectons et respecterons les règles qui existent aujourd'hui et qui  existeront demain en termes de +salary cap+ (limitation de la masse salariale, tout comme nous anticipons les règles concernant les Jiff (joueurs issus  des filières de formation). Cela a forcément une incidence sur la  politique de recrutement", a ajouté René Fontès.

Interrogé sur le respect de la limitation de la masse salariale par les  autres clubs du Top 14, M. Fontès a expliqué: "J'ai conduit mon attitude en  tant que président en respectant les règles, mais je me suis souvent posé, et  je me pose encore, des questions sur la façon dont ces règles étaient  appliquées dans un certain nombre de clubs. Mais cette réflexion ne m'a pas  conduit à modifier ma règle de conduite initiale".
   
 

Christian Grégoire