O'Connor Shane Williams novembre 2010
Le Nord peut-il rattraper le Sud? | AFP - Paul Elis

Le Nord veut sa revanche

Publié le , modifié le

Aucune victoire. C'est le triste bilan des nations du Nord de samedi dernier. Tendance lourde, les trois "gros", Australie, Afrique du Sud et Nouvelle-Zélande, totalisent près de 70% de succès lors des tests d'automne depuis 2003. Pourtant, l'Angleterre et le pays de Galles entendent bien chambouler la hiérarchie. Face aux Blacks, ce sera mission impossible pour l'Ecosse. L'Italie et l'Argentine s'offre un derby très chaud. L'Irlande est favorite face aux Samoa.

Angleterre – Australie
Convaincante face à la Nouvelle-Zélande malgré la défaite 26-16, l'Angleterre présente un XV presque inchangé. La seule modification est la titularisation du talonneur Dylan Hartley, natif de Nouvelle-Zélande comme le centre Shontayne Hape et auteur du seul essai anglais samedi, à la place de Steve Thompson. Vainqueur en Australie en juin dernier (20-21), les hommes de Martin Johnson vont mettre une grosse pression en mêlée, dans les phases de rucks et trouver les touches pour annihiler la vitesse d'exécution et les jambes des Wallabies. Fort de trois victoires consécutives aux dépens du pays de Galles (25-16).et de la Nouvelle-Zélande (26-24), à Hong Kong, les coéquipiers des Quade Cooper et James O'Connors sont en tout cas prêts à cueillir la Rose.

Pays-de Galles – Afrique du Sud
Avec le retour de François Steyn au centre, seul changement par rapport au XV qui a battu l'Irlande 23 à 21, samedi à Dublin, l'Afrique du Sud a densifié son milieu de terrain et confirmé ses options de jeu: conquête, occupation et réalisme offensif. Très solides sur les phases de rencontres, une habitude il est vrai, les Boks veulent éteindre le feu gallois. Les Diables rouges récupèrent Byrne en quinze, Ryan Jones et Andy Powel pour muscler le banc. Le jeune ailier de 18 ans George North fera lui ses grands débuts. L'opposition de style entre le rugby à une passe sud-africain et le jeu large-large gallois s'annonce passionnante.

Irlande - Samoa
Le test le plus déséquilibré. En réponse à la défaite face aux Springboks, l'Irlande a chamboulé son quinze. Seuls cinq joueurs conservent leur place, dont le capitaine Brian O'Driscoll au centre. Derrière, les "vieux" sont de retour puisque la paire Ronan O'Gara, qui avait failli égaliser en fin match d'une transformation sur le poteau, et Peter Stringer est titularisé à la charnière. Devant, la première ligne est entièrement changée avec un trio John Hayes, Sean Cronin et Tom Court et le deuxième ligne du Leinster Devin Toner obtient sa première cape. Malgré des grosses individualités (Lemi, A.Tuilagi, Salavea, Paulo, Tekori) pouvant franchir à n'importe quel moment, les Manu Samoa risque de manquer de collective. Quoiqu'il en soit, les Irlandais ont intérêt à bien se chauffer les épaules et le cou. Cela va piquer…

Italie – Argentine

"Samedi ce sera un match spécial, un authentique derby", a dit le talonneur argentin Mario Ledesma. "L'Italie aligne des gars d'origine argentine (Castrogiovanni, Parisse... ndlr), beaucoup d'entre-nous portent un nom italien (Contepomi, Carizza... ndlr). Ce n'est jamais un match comme les autres: tous les tests contre les Azzuri sont difficiles, l'Italie est toujours un adversaire acharné. Nous espérons jouer le jeu qui nous a permis de battre en juin la France, vainqueur du Tournoi des Six Nations (41-13 à Buenos Aires). Sur fond de rivalité, le décor est planté. Côté italien, Sergio Parisse fait son retour tandis que le jeune Tommaso Benvenuti (19 ans), produit de la filière fédérale et auteur d'un doublé en Coupe d'Europe contre les Anglais de Leicester, fêtera sa première sélection. "Nous connaissons bien les Argentins. Ils sont très agressifs. Ils commettent beaucoup de fautes donc nous espérons que l'arbitre fera en sorte que le jeu soit propre et de pénaliser ces choses-là. Ce sera dur, un match physique, nous devrons trouver les clés tactiques", a pour sa part déclaré le manageur italien Luigi Troiani. Côté argentin, sur les quinze joueurs, dix sont pensionnaires du Top 14. Mais pas de Patrico Albacete, au repos avant de défier la France.

Ecosse – Nouvelle-Zélande
L'Ecosse a-t-elle les moyens de battre la Nouvelle-Zélande? Non. Les inquiéter? Pas sûr non plus. Les perturber? Peut-être. En 27 rencontres, jamais les Blacks n'ont perdu face à l'Ecosse. Les pires résultats sont deux nuls en… 1964 et 1983. Dans leur quête de Grand Chelem, Richie McCaw et Mils Muliaina ne comptent pas perdre au moment de rejoindre Sean Fitzpatrick au rang des joueurs néo-zélandais les plus capés (92 sélections). Dans la recherche des bonnes associations, l'entraîneur Graham Henry a effectué quatre changements avec les entrées de Liam Messam en troisième ligne, Jimmy Cowan à la mêlée, Isaia Toaeava comme ailier droit et Conrad Smith au centre, Sonny Bill Williams glissant de deuxième à premier centre. Le talonneur Hikawera Elliott obtiendra alors sa première sélection en raison de la suspension pour deux semaines (après appel) du talonneur Keven Mealamu pour coup de tête à Lewis Moody.

Mathieu Baratas