Brian O'Driscoll - Leinster
Brian O'Driscoll (Leinster) intenable en finale | AFP - GLYN KIRK

Le Leinster sur le toit de l'Europe

Publié le , modifié le

Dominés en première période mais auteurs d’une splendide deuxième mi-temps, les Irlandais du Leinster ont renversé la vapeur avec brio pour s’imposer 33 à 22 face à Northampton, samedi, en finale de la H-Cup. Dans ce match complètement fou, Sexton a inscrit 28 des 33 points de son équipe et a ainsi permis à ses coéquipiers de soulever une Coupe qu'ils avaient déjà remporté en 2009 face à Leicester.

Northampton donne le ton

On savait que ce combat irlando-anglais serait impitoyable mais personne ne pouvait se douter à quel point le scénario de cette finale serait si riche en rebondissements. Sur le papier, le Leinster, déjà titré en 2009, partait favori. D’autant que Joe Schmidt pouvait se targuer d’aligner une équipe particulièrement redoutable, dont la troisième ligne et la charnière sont titulaires dans l’équipe nationale. La carte de l’expérience, face à une formation anglaise invaincue cette saison en Coupe d’Europe, pouvait également être un atout indéniable pour un nouveau sacre. Mais contre toute attente, Northampton jouait d’entrée de jeu la carte du panache et de l’envie pour prendre le contrôle de la rencontre avec beaucoup d’autorité.

C’étaient d’ailleurs les Anglais qui ouvraient les premiers leur compteur grâce à un essai de Dowson, bien servi par Clark à la sortie d’une mêlée un peu chahutée. Myler transformait ce premier essai anglais sans ciller (0-7 à la 7e). Un peu sonnés, les coéquipiers d’O’Driscoll revenaient à 3 à 7 grâce à une pénalité lointaine passée par Sexton qui venait sanctionner Wilson, coupable d’avoir garder le ballon au sol (14e). En ce début de rencontre, la suprématie des avants de Northampton était indiscutable et le Leinster était malmené. Souvent poussée à la faute, la formation irlandaise était de nouveau sanctionnée et Myler en profitait pour ajouter trois nouveaux points au pied (3-10 à la 21e).

Le Trèfle effeuillé

A ce stade de la rencontre, un sursaut d’orgueil était attendu de la part des Irlandais. Après un bon lancement en touche, la charnière irlandaise donnait pour Horgan. Ce dernier trouvait sa troisième ligne en relais qui lançait O’Driscoll. Le centre international mettait les cannes mais était repris par la défense anglaise à un mètre de la ligne. Cette occasion manquée allait peut-être peser lourd à l’issue de la rencontre. D’autant que Northampton n’allait pas relâcher la pression de sitôt. Les hommes de Jim Mallinder mettaient en effet beaucoup de rythme et d’intensité. Et ce n’est pas le carton jaune écopé par Mujati pour un plaquage sans ballon qui changeait la donne.

Les "Saints" s’offraient même un gros temps de jeu. A 14 contre 15, ils enchaînaient à cinq mètres de la ligne d’en-but du Leinster mais Diggin plombait le coup avec un en-avant (30e). Ce n’était que partie remise puisque, dans la foulée, Foden ajoutait cinq points au compteur anglais. Sur une mêlée à introduction irlandaise, le Leinster perdait le ballon. Myler était plaqué à deux mètres de la ligne. Heureusement, le soutien répondait présent. Dickinson ouvrait rapidement et Foden récupérait finalement le ballon pour aller aplatir en force (3-17 à la 31e).

En grande difficulté, les Irlandais ne parvenaient pas à trouver la solution face à une telle solidité anglaise. Ils revenaient petitement à 6 à 17 grâce à une nouvelle pénalité inscrite par Sexton suite à un plaquage à retardement sur … l’ouvreur du Leinster (36e). Mais alors que l’addition était déjà lourde, Northampton, de nouveau à 15, s’offrait le luxe d’un troisième essai juste avant la pause. Sur une belle action collective, Foden était servi en bout de ligne, il trouvait Ashton bien soutenu jusque dans l'en-but. L'essai était accordé à Hartley après visionnage de la vidéo (6-22 à la 39e).

Un Leinster héroïque

Au retour des vestiaires, les "Blues" semblaient avoir retrouvé du poil de la bête malgré la raclée reçue en première période. Dans le camp anglais, O'Driscoll réussissait à s’échapper mais se faisait plaquer à cinq mètres de l'en-but. Le soutien était toutefois là et Sexton, en bout de ligne, effaçait Tonga'uiha pour aller plonger en coin. L’ouvreur transformait parfaitement son essai et le Leinster revenait ainsi à 13 à 22 (44e). Apparemment dans un grand jour, Sexton réalisait le doublé dix minutes plus tard. A la stupéfaction des Anglais. Northampton ne menait alors plus que de deux petits points ! Cet avantage était réduit à néant suite à deux pénalités de l’intenable Sexton. Et ce en moins de cinq minutes (26-22 à la 61e) !

Dans cette seconde mi-temps complètement folle, le Leinster dominait outrageusement et le retournement de situation faisait exulter le public du Millenium Stadium de Cardiff. Les Anglais, aphones, ne pouvaient eux que constater les dégâts. Des dégâts qui allaient encore s’aggraver avec un essai de l’ancien Perpignanais Hines, à la conclusion d’une séquence collective de grande qualité (33-32 à la 67e). Ashton et consorts étaient parfaitement sonnés par ce scénario fou. En dépit de leur efforts, les "Saints" ne parvenaient plus à faire évoluer le score. Au coup de sifflet final, l'abattement s'emparait d'eux tandis que les Dublinois jubilaient d'avoir remporté leur deuxième titre de champion d'Europe. Ils rejoignent ainsi le cercle des double vainqueurs de la compétition avec Toulouse, quatre fois lauréat (1996, 2003, 2005, 2010),  Leicester (2001, 2002), les London Wasps (2004, 2007) et le Munster (2006, 2008). Les Irlandais peuvent désormais conclure leur saison en beauté en cas de victoire, le 28 mai prochain, en finale de la Ligue Celtique.

Déclarations

Joe Schmidt (entraîneur du Leinster) "A la mi-temps, on a réaliséqu'on travaillait depuis neuf mois et qu'on laissait filer tout ça. Ona parlé de confiance en nous et de construire notre jeu. On a aussiréglé quelques détails en mêlée, a expliqué Joe Schmidt avant un coupde téléphone de félicitation de la présidence irlandaise. Et on a desgrands joueurs qui ont été énormes: O'Driscoll, Sexton, Cullen,Heaslip, O'Brien,Richard Strauss..."

Jim Mallinder, entraîneur de Northampton: "On savait qu'ils étaient dangereux et capables de marquer des essais. Ils sont revenus en deuxième mi-temps, on a dû beaucoup plaquer. Félicitations à eux. C'est douloureux de perdre une finale comme ça, mais il faudra repenser sur notre belle saison. Ca a été dur, on avait joué une demi-finale dure (en Championnat d'Angleterre) la semaine dernière. On a dû faire de gros efforts et on était évidemment fatigués en deuxième période. Je suis très fier de faire partie de cette équipe.  Les joueurs ont donné tout ce qu'ils avaient, on ne pouvait demander plus. On sait maintenant qu'on peut rivaliser avec les meilleures équipes d'Europe. Il y a quatre ans, on était en deuxième division. On pourra gagner ces grands matches dans quelques années."

Voir la video

Isabelle Trancoën