L'Argentin Montero marque contre la France
L'Equipe de France s'incline face à l'Argentine (23-20) lors du premier test-match entre les deux équipes à Cordoba malgré une forte domination. | JUAN MABROMATA / AFP

L'Argentine bat la France en test-match

Publié le , modifié le

L'Argentine a battu la France 23 à 20 (mi-temps: 13-14) en test-match, samedi au stade Mario Kempes de Cordoba dans le cadre des tournées de juin. Les Français, qui affronteront de nouveau les Pumas samedi prochain à Tucuman, subissent leur troisième défaite consécutive toutes compétitions confondues, après les revers contre l'Angleterre (24-22) et le pays de Galles (16-9) en mars dans le Tournoi des six nations.

Philippe Saint-André (entraîneur du XV de France): "Il faut féliciter les Argentins qui n'ont rien lâché pendant quatre-vingt minutes. Nous... Il faut respecter le jeu. Quand tu donnes treize points en première mi-temps, c'est difficile de gagner un match international. On va se préparer pour le deuxième test mais aujourd'hui, on a perdu, et bravo aux Argentins".

Un essai de l'ailier argentin Manuel Montero sur un contre éclair à trois minutes de la fin, transformé par Felipe Contepomi, a privé les Français d'un premier succès en terre argentine depuis 1998. Le XV de France menait 14 à 13 à la pause grâce à un bel essai conclu par le 3e ligne Louis Picamoles et trois pénalités de Morgan Parra.

Les Pumas avaient de leur côté inscrit un essai sur interception par l'ailier Belisario Agulla et huit points au pied de Contepomi. Dominateurs, les Français comptaient jusqu'à sept points d'avance en seconde période (20-13) grâce à la botte de Morgan Parra jusqu'à une nouvelle pénalité du capitaine argentin et l'essai de Montero.

Le pilier du XV de France Yvan Watremez,  blessé à la jambe gauche lors de ce match, est très incertain pour le deuxième test-match de la tournée. Watremez (23 ans), qui honorait sa première sélection, est sorti à la  mi-temps, remplacé par le Clermontois Vincent Debaty. "C'est inquiétant", a simplement déclaré l'entraîneur français Philippe Saint-André, évoquant une blessure au genou.

Pascal Papé (capitaine du XV de France): "Le combat a été rude, comme toujours face à l'équipe d'Argentine (...) On n'a pas été assez froid, pas assez pragmatique comme l'Argentine a pu l'être. Avec un minimum de pragmatisme, je crois qu'on aurait pu l'emporter. (sur la pression du public argentin) Si on veut devenir une grande équipe au niveau mondial, on se doit d'être bon à l'extérieur devant des publics hostiles. On est tous professionnels, ce n'est qu'un détail."

Yannick Bru (entraîneur-adjoint du XV de France) "On manque de rigueur  dans la transmissions, dans la conservation du ballon. C'est le point noir de  la rencontre. IL y a des moments où il faut savoir conserver le ballon, tenir  compte du scénario du match. Il y a forcément un manque d'automatismes mais  bon... Il faut qu'on avance en se disant que tous les points que nous met  l'adversaire, il faut que ce soit mérité et aujourd'hui, ça n'a pas été le cas.  On prend des points facilement, deux essais à une passe. Notre axe de travail  est là."

Felipe Contepomi (capitaine de l'Argentine): "Nous n'avons pas gagné comme nous l'espérions mais nous savions que nous allions jouer contre une équipe qui a des bases très solides. Dans ce contexte nous ne nous sommes pas compliqué la tâche. Ce qui est bien pour l'équipe, c'est que nous sommes toujours restés optimistes et nous sommes restés dans la partie en essayant de convertir nos occasions. Ils avaient la possession mais n'ont pas été si dangereux et on le doit à notre bonne organisation défensive. De ce point de vue, c'est un bon pas en avant par rapport à la semaine précédente (victoire contre l'Italie, NDLR)."

AFP