Patrice Lagisquet
Patrice Lagisquet | France 2

Lagisquet: "Se libérer dans le jeu"

Publié le , modifié le

Patrice Lagisquet, le directeur du rugby du Biarritz Olympique Pays Basque, se réjouit de voir son club aborder la H Cup avec le retour de ses internationaux (Harinordoquy, Lakafia, Yachvili, Traille). Il sait que cette compétition peut relancer un BO plutôt médiocre depuis le début de saison, d'autant que le jeu est plus aéré qu'en Top 14. "Les arbitres favorisent les équipes qui jouent", dit-il en substance.

Le BO a souvent été placé mais jamais gagnant. La H Cup est-elle votre préoccupation première cette saison ?
"Ce n'est pas à moi de la dire mais il est clair que c'est un des gros objectifs du club. On n'a jamais gagné cette compétition. Le club a échoué deux fois en finale avec de courtes défaites et peut-être que tout le monde a envie de gagner cette compétition au club. C'est évident."

Comment se fait la transition entre le Top 14 –où vous n'avez pas brillé depuis le mois d'août- et la H Cup ?
"Elle se fait tout de suite. On s'est rendu compte que nos joueurs, quels qu'ils soient, avaient très envie de disputer cette compétition. C'est une épreuve qui paraît plus ouverte que le championnat. En Coupe d'Europe, on n'existe que si l'on est ambitieux dans le jeu. On se dit qu'on va basculer dans autre chose, qu'on va oublier ce début de saison un peu difficile, et qu'on va tous se retrouver avec enthousiasme face aux Ospreys".

Existe-t-il une grosse différence dans le jeu ou au niveau de l'arbitrage ?
"Ca se rapproche davantage du niveau international. On le voit au niveau des statistiques sur la durée des séquences de jeu, le jeu effectif. Et puis on n'a rien à perdre, franchement. Donc il faut jouer. On sait que les arbitres vont favoriser les équipes qui prennent des initiatives, et c'est pour ça qu'on est prêts à se concentrer à fond sur cette compétition. On sait qu'il faut se libérer dans le jeu".

Avec Toulouse, le Biarritz Olympique est probablement l'équipe française la plus connue au niveau européen grâce à ses résultats en H Cup…
"J'en suis conscient mais peut-être pas totalement. Pour avoir participé à beaucoup de campagnes européennes avec Biarritz, et sachant que le club a dû se qualifier deux fois pour la finale, quatre fois pour les demies et huit fois pour les quarts, en gros, on peut concevoir que sa notoriété, au niveau du rugby européen, soit élevée".

Imanol Harinordoquy plaisantait à moitié quand il disait que recevoir à Anoeta en quarts de finale constituait l'objectif de l'équipe…
"C'est la cerise sur le gâteau. C'est l'ambition du club de réussir à se placer dans les quatre premiers de poules pour recevoir à domicile et jouer le quart à Anoeta (Saint-Sébastien). Caque fois, c'est un grand moment de communion avec nos supporters du pays basque et du grand sud-ouest car certains viennent de relativement loin pour participer à cette formidable fête".