Angleterre-Australie Toby Flood 2010
L'ouvreur anglais Toby Flood | AFP - Greg Wood

La Rose, le Chardon et la Fougère se distinguent

Publié le , modifié le

Si la Nouvelle-Zélande a donné le ton en étrillant le Pays de Galles 42-9, l'exploit est venu d'Australie où l'Angleterre a remporté une victoire sur les Wallabies 21 à 20. De son côté le XV de France est venue à bout des réservistes argentins 37-14. L'Italie a débuté sa tournée en s'inclinant 29-13 en Afrique du Sud. L'Écosse a remporté la série de test-matches en dominant de nouveau les Pumas, 13-9 ce samedi soir.

Les Britanniques espéraient un exploit gallois à Dunedin pour ledernier match des Alla Blacks dans le stade mythique de Carisbrook. Ilsen ont été pour leurs frais puisque les Diables Rouges n'ont guèrepeser lourd face à un collectif néo-zélandais parfaitement huilé. Mêmesi les Blacks ont aussi commis quelques fautes inhabituelles, ils ontfait payer cash à leurs adversaires du jour tous les ballons perdus ourendus par les Gallois, en se livrant à leur exercice préféré, celui ducontre rondement mené. Avec beaucoup plus de tonicité et de mouvement,les Blacks ont rapidement débordé des Gallois qui n'ont pas su profiterde leurs quelques temps forts. Coupables de carences défensives devantla vitesse d'exécution de Carter (auteur à lui seul de 27 points dont deux essais) et des siens, ils ont  petit à petitlâché prise en subissant la pression néo-zélandais avant ce craquerphysiquement. Kevin Mealamu, Cory Jane et Richard Kahui ont également chacun marqué un assai pour les All Blacks, qui ont profité de la fatigue de leurs adversaires. Des points au pied, c'est ce dont ont dû se contenter les Rouges qui ne pouvaient guère espérer mieux, eux qui n'ont plus battu les All Blacks depuis 1953. Les deux équipes se retrouveront la semaine prochaine pour une revanchequi sera aussi le dernier test grandeur nature avant le Tri Nationspour des Blacks plus affûtés que jamais.

L'équipe de France, quasi intégralement remaniée par rapport à celle qui a subi une lourde défaite en Afrique du Sud, sest donc sortie sans convaincre du piège tendu par l'équipe d'Argentine A en s'imposant par 37 à 14, au champêtre stade de  La Plata (province de Buenos Aires) en match amical de mi-tournée. Les Français devaient impérativement réagir ne fut-ce que pour se rassurer avant de conclure leur périple samedi 26 juin à Buenos Aires. L'entraîneur français, Marc Lièvremont, a néanmoins exprimé sa "satisfaction  de s'être sorti d'un guêpier, d'un match piège, quelque part un peu hors du  temps, qui faisait penser à ces matches de semaine d'il y a vingt ans, sur un  terrain champêtre et sans repère sur l'adversaire.On craignait aussi un arbitrage un peu maison mais ça n'a pas été  le cas, il faut remercier l'arbitre d'avoir été cohérent. Les garçons ont su aborder ce match avec sérieux, ils se sont rendu la partie facile même si  évidemment, il y a eu beaucoup de déchet. On pouvait s'y attendre dans ce contexte particulier. On peut regretter ces deux essais concédés en fin de chaque mi-temps. Mais ils l'ont préparé avec sérieux, ils ont mis l'intensité qu'il fallait. Cela n'a pas été exceptionnel tout au long du match mais il y a eu  suffisamment d'implication..."

Pouvant compter sur un inattendu et bruyant contingent desupporteurs de la marine française d'une frégate en escale dans lacapitale argentine, les Français ont paru bien en jambes et animés debonnes intentions. Ils ont inscrit cinq essais et menaient 25 à 7 à lapause. Une avance confortable qui leur permit de subir sans trop dedommages leurs passages à  vide, sanctionnés par deux essais argentins.

Cette équipe bis argentine, avec sept joueurs évoluant en France dans le XV de départ, n'eut guère l'occasion de s'illustrer en première période. L'ailier Marc Andreu ouvrait les hostilités en inscrivant le premier essai, bientôt imité par l'ailier Julien Malzieu et l'arrière Jérôme Porical. L'ouvreur David Skrela assurait deux pénalités et deux transformations. Les Argentins répliquaient avant la pause sur leur première incursion dans  les 22 mètres adverses avec un essai de l'ailier Martin Moyano, qui transformait  (25-7). Mis en confiance, les "Pumas A" infligeaient une lourde séquence à la  reprise à des Français balbutiant leur rugby mais qui finissaient par se  ressaisir et alourdir le score par deux essais de Malzieu et du 3e ligne Grégory  Lamboley, tous deux transformés par Skrela. Les Argentins finissaient honorablement la partie en ajoutant un essai par  le 3e ligne Miguel De Achaval, transformé par Moyano concrétiser une belle journée de rugby, rassurante pour les tricolores, à la fois sur le plan du jeu et de l'état d'esprit.

Battu d’un rien la semaine dernière (27-17) après avoir dominé en mêlée fermée, les Anglais ont réédité leur exploit de 2007 lorsqu’ils étaient devenus champions du monde en battant l’Australie. Pour leur deuxième confrontation en une semaine, l'équipe d'Angleterre menait à la mi-temps (13-15) devant l'Australie. Le XV de la Rose a inscrit deux essais par le biais de son jeune demi de mêlée de Leicester Ben Youngs (18e) et l’ailier Chris Ashton (27e), meilleur réalisateur de Premiership cette saison. Côté Wallaby, Matt Giteau a marqué tous les points australiens dont un essai. L’ouvreur australien récidivait dès l’entame de la seconde période en inscrivant son deuxième essai (44e). Menés 20-15, les Anglais n’ont jamais paniqué et sont revenus progressivement par deux pénalités de Toby Flood (46e), auteur de 8 points, et Jonny Wilkinson (53e). Dans une partie équilibrée, les deux équipes usaient de leur force pour faire la différence.Plus solides en conquête et pour une fois disciplinés, les hommes de Martin Johnson sont parvenus à éteindre les brillants attaquants australiens.

L'Italie a fait mieux que l'équipe de France samedi dernier en encaissant moins de 40 points sur la pelouse de Witbank. L'Afrique du Sud a dominé les débats avec quatre essais signés Bryan Habana (17e), Francois Louw (30e), Morne Steyn (37e) et Zane  Kirchner (48e) mais la Squadra n'a jamais baissé les bras, sachant réagir grâce à Sergio Parisse (essai 63e) et la botte de Mirco Bergamasco (8 points, trois de moins que Morene Steyn). Les Springboks n'ont toutefois peut-être pas pris très au sérieux cette rencontre destinée avant tout à préparer les deux déplacements en Nouvelle-Zélande préus dans le cadre des Tri-Nations. "Nous n'avons pas très bien joué. Nous avons fait trop d'erreurs de base", a  reconnu le capitaine des champions du monde, Victor Matfield. Nick Mallett était en revanche aux anges: "Je suis vraiment fier d'eux! Un  pari est un pari, et je vais me raser la tête comme promis", a réagi le  sélectionneur de l'Italie qui avait promis de se débarrasser de ses cheveux s'il  perdait par moins de 20 points. "En seconde période, c'était un peu mieux. Je suis heureux de la performance  de notre équipe. Car, ce n'est pas facile d'affronter les champions du monde  chez eux", a souligné le capitaine italien Sergio Parisse.

L'Ecosse, sans forcer son  talent, a réalisé le petit exploit de remporter une série de test-matches en  Argentine grâce à sa victoire (13-9) samedi à Mar del Plata, une semaine après  son succès initial (24-16) à Tucuman. Les Ecossais remportent leur première série de test-matches chez une nation  de l'hemisphère Sud, certes la plus faible. Les Pumas chercheront à laver leur  honneur samedi prochain à Buenos Aires contre le XV de France, ce qui promet aux  Français une fin de tournée animée. Le XV du Chardon n'a eu aucunement besoin de forcer son talent contre une  faible équipe argentine, réduite à faire parler la puissance de ses avants. Les Ecossais ont pris d'emblée les commandes au tableau d'affichage grâce à  un essai inscrit en force à la 4e minute par le 2e ligne Jim Hamilton,  transformé par Dan Parks. L'ouvreur écossais manquait par deux fois l'occasion d'aggraver la marque  sur pénalité et les Argentins, à défaut de franchir la ligne, obtenaient deux  pénalités avant la pause réussies par l'ouvreur Felipe Contepomi (10-6).

Les Pumas, malgré l'exclusion temporaire du pilier Rodrigo Roncero,  redoublaient d'ardeur à la reprise sans jamais réussir à concrétiser. Contepomi  manquait une pénalité peu avant l'heure de jeu avant de sortir sur blessure,  visiblement touché à un genou. L'arrière Martin Rodriguez le suppléait en  réussissant une pénalité après un long travail de sape de ses avants. Mais les Ecossais tenaient bon, reprenaient quatre points d'avance sur une  de leurs rares incursions dans le camp adverse de la seconde période grâce à une  nouvelle pénalité de Parks. Les Pumas obtenaient une pénalité à quelques  secondes du terme et choisissaient la touche, que le 2e ligne écossais Scott  MacLeod subtilisait pour le plus grand bonheur de ses partenaires.

Argentine A - France 14-37
Nouvelle-Zélande - Pays de Galles 42-9
Australie - Angleterre 21-20
Afrique du Sud - Italie 29-13
Argentine - Ecosse 9 - 13