La FFR retient trois groupements pour son futur stade

La FFR retient trois groupements pour son futur stade

Publié le , modifié le

La Fédération française de rugby a retenu trois groupements sur les 21 candidatures reçues pour le contrat de maîtrise d'oeuvre de son projet de stade de 80.000 places à l'horizon 2017, a indiqué la FFR.

Dans son communiqué, la FFR annonce avoir retenu le groupement formé par HKS, réalisateur notamment du stade de Dallas, et par le Français Arte Charpentier, qui sera en concurrence avec celui formé par Foster and Partners, auteur de la rénovation du stade de Wembley à Londres, et par l'agence française Constantini Regembal Architecture, qui a participé à la réalisation du Stade de France. Le troisième groupement retenu est formé par Populous (Millennium Stadium, Cardiff) et l'entreprise française Atelier 234.

Ces trois groupements participeront jusqu'à la fin du premier semestre 2012 à une procédure de dialogue compétitif qui portera d'abord sur "les fonctionnalités et structures" du stade, puis sur "le projet architectural global sur le site retenu". La FFR a retenu Thiais-Orly (Val-de-Marne) et Ris-Orangis (Essonne) parmi  les sites candidats à l'implantation de son futur stade. La désignation finale doit intervenir dans le premier semestre 2012 et la désignation du constructeur dans le dernier trimestre.

La FFR ambitionne la construction d'un stade multimodal de 82.000 places avec toit et pelouses rétractables, à l'horizon 2017, estimé à 600 millions d'euros. Grâce à ce projet, la FFR veut s'émanciper du Stade de France, où le XV de France dispute ses matches internationaux à domicile depuis 1998 et certains tests-matches en novembre, dans le cadre d'une convention qu'elle juge trop coûteuse et qui prendra fin en 2013. Dans un entretien à l'AFP, Philippe Auroy, directeur général du Stade de France, s'est inquiété de ce projet de la FFR, estimant que "s'il y a les deux stades, les deux crèveront."

AFP