Joost van der Westhuizen
Aux côté de François Pienaar, en juin 2015, c'est l'une des dernières apparitions publiques de Joost van der Westhuizen. | AFP

Joost van der Westhuizen est décédé

Publié le , modifié le

Alors que le tournoi des VI Nations vient tout juste de commencer, c’est une autre grande nation qui fait l’actualité ce lundi. Le rugby sud-africain est en deuil : son emblématique demi de mêlée, Joost van der Westhuizen est décédé à 45 ans.

Alors qu’il devait célébrer son 46e anniversaire le 20 février prochain, la maladie de Charcot – dont il était victime depuis 2011 – en a décidé autrement. Ce syndrome incurable, qui conduit à une paralysie totale, l’a emporté rapidement alors que son état se dégradait depuis quelques jours.

Un héros national

Champion du monde 1995, le Springbok compilait 38 essais pour 89 sélections. Dix années de bons et loyaux services pour un pays qui a mis longtemps avant de trouver un nouveau recordman dans toutes les catégories statistiques.

« C’est avec une grande tristesse que nous confirmons le décès de Joost. Il nous a quittés chez lui, entouré de ses proches », pouvait-on lire sur la page Facebook de J9, sa fondation. D’autres préfèrent se rappeler de la belle époque : « On se souviendra toujours de lui comme d’un incroyable joueur de rugby », souligne l’Australien George Gregan, « il pouvait quasiment gagner un match à lui tout seul », ajoute le Néo-Zélandais Justin Marshall.

Grâce à sa fondation, il a longtemps tenté de sensibiliser un large public sur les maladies neurodégénératives. Des discours, des voyages et même des essais cliniques qui prennent donc fin aujourd’hui mais qui aideront, à coup sûr, à mieux préparer la prise en charge de cette maladie.

Adrien Fonteneau @Adri_Fntn