L'ouvreur australien Brock James, de Clermont-Ferrand en train de passer un drop en top 14
L'ouvreur australien Brock James, de Clermont-Ferrand en train de passer un drop en top 14 | THIERRY ZOCCOLAN

James, le facteur X de Clermont

Publié le , modifié le

Le forfait de David Skrela propulse directement Brock James aux manettes de Clermont pour la première demi-finale de Coupe d'Europe de l'histoire du club auvergnat, dimanche à Bordeaux, face au Leinster, champion d'Europe en titre. Une responsabilité qui n'effrayera pas l'ouvreur australien. Après quelques mois difficile, il est redevenu décisif et indispensable au jeu clermontois. La confiance en plus.

2010, quart de finale de Coupe d'Europe. Sur le terrain du Leinster, Brock James vit l'un de ses pires moments de rugbyman. Ce jour-là, il avait manqué 14 points au pied et deux drops alors que son équipe pouvait viser la qualification (défaite... 29-28). Son entraîneur Vern Cotter l'avait alors allégé de la charge de buteur numéro un au profit de Morgan Parra. Et cette année-là, après trois finales ratées d'affilée, Clermont décrochait (enfin) son premier titre. Dur pour un joueur irréprochable qui avait porté Clermont au sommet du championnat.

Après quelques mois de pénitence, il est paradoxalement relancé par l'arrivée de l'ouvreur international. En fait, il entretient une vraie fausse concurrence avec l'ancien Toulousain. Les deux joueurs sont très complémentaires et offrent deux schémas tactiques à Cotter. Skrela est un gros défenseur, bon buteur et capable d'attaque la ligne avec une grosse expérience des matches au couteau quand James est plus un brillant animateur, doté d'une passe des deux côtés et d'une belle vision de jeu avec une réputation de joueur fragile dans les moments clés.

Décisif au Saracens

A Londres, le 8 avril dernier, Brock James est sorti du tunnel qu'il traversait depuis plusieurs mois. Le quart de finale remporté chez les Saracens (22-3), où il a remplacé au pied levé David Skrela sorti à la 3e minute, a marqué son grand retour. Il a su prendre le jeu en main, soulager son équipe au pied et a inscrit 17 de 22 points de son équipe (5 sur 7, et un drop).  "On a notre joyau, Brock James, qui nous fait vraiment du bien et nous fait avancer", soulignait encore vendredi l'ailier Julien Malzieu après la victoire sur Montpellier en Top 14 (22-9).

En pleine confiance, l'Australien (30 ans) montre le visage qui était le sien lors des années 2006 à 2009. Voire mieux ? Car le meilleur buteur du Top 14 des saisons 2006-07, 2007-08 et 2008-09 (avec une série record de 41 coups de pied consécutifs réussis lors de cette dernière saison) a gommé une réputation une réputation de loser dans les matches importants. Skrela blessé (hémarome opéré), il sera le garant et le directeur du jeu clermontois. Tant pis pour sa défense parfois fragile, James est taillé pour prendre sa revanche sur le Leinster. Et sur lui-même.

Mathieu Baratas