Rory Grice
Rory Grice | JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

Grenoble se rassure aux dépens de Brive

Publié le , modifié le

Après sa lourde défaite la semaine précédente à Castres, Grenoble a réagi comme il le fallait, avec du sérieux et de l'application, en s'imposant non sans difficulté (26-25) face à une équipe de Brive, accrocheuse jusqu'au bout, vendredi pour le compte de la 9e journée du Top 14. Avec ce succès, Grenoble raccroche le wagon de tête, alors que les Brivistes, mal récompensés de leurs efforts, ne glanent qu'un petit point de bonus défensif, et restent dans le bas du tableau, même s'ils sortent provisoirement de la zone de relégation.

Autant beaucoup de matches de championnat paraissent plutôt ternes, autant celui-ci fut plaisant à suivre, les deux équipes ne se cantonnant pas à un jeu restrictif, mais au contraire affichant de louables intentions offensives. Car si Grenoble a évidemment compté sur ses gros bras pour se mettre dans l'avancée, ce fut toujours avec la volonté de faire rebondir l'action et d'offrir des espaces à ses trois-quarts. Ce ne fut d'ailleurs pas un mince défi de proposer un rugby complet face à une opposition très dense qui, elle aussi, a cherché des solutions à l'extérieur.

Au-delà du combat pour la conquête Grenoblois et Brivistes se sont disputés le terrain en donnant du mouvement,  ont pu pour cela compter sur leurs finisseurs, Masilevu côté briviste qui a inscrit le premier essai du match à la 18e minute, et Ratini pour les Grenoblois, qui lui a répondu treize minutes plus tard ; Grice a ensuite fait enfler le score pour les Isérois qui abordaient la pause avec dix points d'avance (20-10).

Brive échoue si près

En deuxième période, les deux équipes déployaient un grosse débauche d'énergie et les buteurs Wisnieswki (16 points) pour Grenoble et Germain pour le CAB faisaient la marque. Mais malgré la fatigue les deux formations continuaient à attaquer. Et les Brivistes furent tout près de récolter les fruits de cette volonté de jouer. Ils revinrent d'abord au plus près sur un essai d'avant de Waqaniburotu, puis le demi-de-mêlée Péjoine vint conclure, à 3 minutes de la fin du match une action désespérée enchaînant plusieurs temps de jeu, permettant de recoller à un point. Germain échouait dans la tentative en coin et très difficile.

Le CAB terminait épuisé à une petite longueur. Les Grenoblois pouvaient respirer. Sur l'orgueil ils sont allés chercher cette victoire, la 5e en 5 matches à domicile, mais ils ont eu très chaud. 

Christian Grégoire