Grenoble retrouve les sommets

Grenoble retrouve les sommets

Publié le , modifié le

Le FC.Grenoble a renoué avec son histoire en étant assuré de retrouver l'élite, sept ans après l'avoir quittée, à 3 journées de la fin du championnat de ProD2. Sa victoire contre la Rochelle samedi devant 20.00 spectateurs dans un Stade des Alpes survolté a logiquement récompensé une saison maîtrisée de bout en bout par un groupe conquérant.

Avec 100 points tout rond au compteur, la meilleure attaque et la meilleure défense, la formation grenobloise a survolé les débats dans une ProD2 où il est toujours difficile de faire son trou. Depuis leur dégringolade jusqu'en Fédérale 1 en 2005 après une décision de la Direction Nationale d'Aide de Contrôle et Gestion, où il ne sont restés qu'une saison, et une fois passée la frustration, le club isérois a entrepris une reconstruction progressive en s'appuyant sur une équipe de jeunes issus de la formation. Les structures se remises en place et les premiers résultats sont arrivés. La saison dernière, il échouait en demi-finale devant Bordeaux-Bègles. Cette saison, il a tout fait pour éviter que sa saison ne se joue lors des phases finales. Il s'est rapidement posé en conquérant, grâce à un groupe solide, sous la houlette de son entraîneur Fabrice Landreau, aussi motivé sur le banc que lorsqu'il était joueur.

Grenoble a longtemps été une locomotive du rugby français avec deux titres à son actif un titre de champion de France en 1954 et une finale en 1993. Cette année-là, cornaqués par Jacques Fouroux,  ils s'étaient inclinés devant Castres dans des conditions controversées. C'était il y a moins de vingt ans. Ensuite les aléas d'un rugby nouveau sous l'ère du professionnalisme ont poussé le club des Alpes hors de l'élite. Ils ont quitté la 1re division au terme de la saison 2004-2005, la première disputée en poule unique. Il leur a donc fallu sept ans de purgatoire pour qu'enfin ils retrouvent la lumière. 

Un projet à long terme 

Le FCG va devenir l'étendard d'une région du fait du chassé-croisé qu'il va effectuer avec Lyon, et après être resté longtemps à l'ombre du voisin Bourgoin, depuis lui-aussi tombé à l'échelon inférieur.Il va devoir maintenant bien gérer la prochaine saison car il est toujours difficile pour un promu de se mettre dans le rythme. Mais à Grenoble, on va bien préparer son affaire en continuant à s'appuyer sur l'ossature actuelle,  en y ajoutant quelques renforts susceptibles d'apporter une plus-value, mais avec de la cohérence. 

Du côté de l'Isère, fort d'une belle culture historique marquée par les grandes heures de Jean Liénard et les valeurs de travail et d'abnégation, on sait que l'on peut travailler sur un projet à long terme, dans un bassin élargi disposant d'un véritable potentiel économique. Mais il ne faudra pas oublier pour cela la vérité du terrain. Et passer le cap de la première année.

Christian Grégoire