Fusion basque: un contre-temps juridique du côté de Bayonne

Publié le , modifié le

Le Conseil de surveillance du club de rugby de Bayonne a dû reporter jeudi le vote prévu pour acter le rapprochement avec Biarritz en raison d'un contre-temps d'ordre juridique. Les parties ont décidé de se revoir la semaine prochaine pour avancer dans le projet d'unification des deux clubs professionnels basques.

Il y a deux jours, le président du Biarritz Olympique, Serge Blanco, avait présenté les grandes lignes du projet de fusion des deux clubs basques aux actionnaires biarrots, ainsi qu'aux représentants des supporteurs.

Il s'agit de créer une équipe professionnelle commune, pas encore nommée, dotée d'un budget de 15 millions d'euros qui évoluera en Pro D2, jouant alternivement dans les stades Jean-Dauger à Bayonne et Aguilera à Biarritz, de même qu'au Pays Basque espagnol, à Bilbao et Saint-Sébastien. Elle sera dirigée sur un modèle paritaire. Les clubs de Biarritz et Bayonne repartiraient quant à eux, sur leur propre bannière, chacun de son côté, en Fédérale 3 (niveau amateur).

L'objectif affiché du nouveau club est de revenir le plus vite possible  dans l'élite du Top 14, où, pour la première fois de l'histoire du championnat  de France, le rugby basque ne sera pas représenté la saison à venir, Bayonne  ayant été relégué en Pro D2 et Biarritz ayant échoué dans la montée en Top 14.

Christian Grégoire