Frédéric Michalak
Frédéric Michalak. | GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Frédéric Michalak : "nous avons mis notre ADN à la poubelle"

Publié le , modifié le

Frédéric Michalak a livré ses sentiments vis-à-vis du rugby actuel au Figaro, ainsi qu’au magazine du Midi Olympique. A 34 ans, l’ancien ouvreur star du XV de France joue toujours, mais ne manque pas de recul pour analyser la santé de son sport. Un milieu qu’il a du mal à reconnaître.

Top 14 : "Pas du très haut niveau"

A 34 ans et une carrière déjà bien remplie, Frédéric Michalak avoue ne plus se reconnaître dans ce sport qui le fait pourtant se lever chaque matin. Le meilleur réalisateur de l’histoire du XV de France regrette que les jeunes joueurs français n’aient plus assez de temps de jeu, retardant ainsi leur éclosion. "Il faut leur donner une chance d'évoluer en équipe première, ou si cela ne peut pas être le cas, ne pas hésiter à les faire descendre en Pro D2 ou en Fédérale pour les aguerrir", confie-t-il au Midi Olympique Magazine, lui qui était titulaire en championnat à seulement 18 ans, avec le Stade Toulousain. "A mon époque, quand un joueur se blessait, on faisait monter un jeune en équipe première. Aujourd’hui, le club recrute un joker médical, ne prend plus le temps de faire confiance à un jeune…", déplore l’ancien international, qui a arrêté sa carrière avec les Bleus à l’issue du quart de finale de la Coupe du monde 2015.

L’actuel ouvreur du LOU se montre plutôt inquiet au sujet du niveau actuel du championnat : "Il y a quelques matchs intenses mais, plus souvent, ce n’est pas du très haut niveau", reconnaît-il au Figaro, "Certains clubs ne jouent pas pour gagner, mais pour ne pas perdre. Alors, pour ne pas perdre, tu ne fais que taper dans le ballon et bien défendre".

XV de France : "On est sur la bonne voie"

Toujours dans une interview donnée au Figaro, Frédéric Michalak revient sur le XV de France, 3e du dernier Tournoi des 6 Nations. Il demande de "laisser le temps à l’équipe de travailler, la chance aux joueurs de grandir et de s’épanouir… Mais on est sur la bonne voie". Le meilleur réalisateur de l’histoire des Bleus appelle à la patience : "Les résultats ne vont pas tomber d’ici un ou deux ans. Il va falloir sept ou huit ans".
Michalak ne tarit en revanche pas d’éloges sur l’actuel sélectionneur Guy Novès, qui fût également son entraîneur à Toulouse : "Guy, c’est le meilleur à son poste, il n’y a pas photo. J’espère que les clubs du Top 14 vont lui donner les moyens de réussir en aidant l’équipe de France".

Le joueur du LOU, qui devrait resigner pour une dernière saison, reste tout de même optimiste, malgré le constat dur et réaliste, dressé au Midi Olympique : "Notre grande erreur a été de vouloir faire comme les autres, en mettant en priorité l'aspect physique plutôt que technique. Nous avons mis notre ADN à la poubelle, l'essence même du French Flair (…) Le paradoxe, c'est que le rugby français est économiquement en très bon état et en très mauvaise santé sur le plan sportif. Mais les mentalités vont évoluer, j'en suis convaincu".

francetv sport @francetvsport