Saracens, Chris Ashton
Chris Ashton (en bas à gauche) et ses coéquipiers des Saracens | BEN STANSALL / AFP

Ulster chute devant les Saracens

Publié le , modifié le

L'équipe des Saracens s'est qualifiée pour les demi-finale de la Coupe d'Europe en allant gagner (17-15) samedi sur la pelouse des Irlandais de l'Ulster. Une victoire logique pour des Anglais qui ont inscrit trois essais, tandis que la Province d'Ulster n'a pu inscrire que cinq pénalités.

Le prochain adversaire de Clermont le 26 avril à Twickenham élimine donc comme l'an passé au même stade les malheureux Nord-Irlandais, cueillis à froid  par un carton rouge dès la 5e minute à leur arrière Jared Payne qui avait plaqué en l'air Alex Goode à la réception d'une chandelle. Cette exclusion a d'ailleurs énervé tout le monde et a paradoxalement fait  longtemps déjouer les Anglais qui, en cherchant l'exploit individuel et en  confondant vitesse et précipitation, ont mis du temps à profiter de cet  avantage.

Le match s'est achevé sur une action de 35 temps de jeu qui a vu les hôtes buter sur des "Sarries" arc-boutés sur la ligne médiane en évitant toute faute  qui aurait offert la pénalité de la victoire à l'Ulster en conclusion d'une  rencontre dantesque. Les Nord-Irlandais ont été héroïques en défense pendant toute la partie  mais la fatigue a fini par les rattraper.

Ashton encore décisif pour les Saracens

Les deux essais de Chris Ashton, meilleur marqueur de la Coupe d'Europe et qui a porté son total à neuf essais (23, 68), et celui de Mouritz Botha (49) ont bien aidé les Londoniens. Mais avec un tir au but réussi sur quatre, l'ouvreur Owen Farrell a permis à l'Ulster de rester dans le match. Le buteur nord-irlandais Ruan Pienaar, rapidement touché à l'épaule pour son retour, a assuré 9 points avant de céder le tir au but à Paddy Jackson à la  49e minute. Devant à la pause (9-5), les joueurs de Mark Anscombe ont refusé de  céder et deux pénalités coup sur coup de l'ouvreur entré en jeu leur ont permis de recoller à deux points.

Mais ils avaient déjà donné plus que ce qu'ils avaient en magasin et le scénario est finalement cruel pour les vice-champions d'Europe 2012 et  meilleure équipe de la phase de poules qui, après six victoires, voit son aventure s'arrêter à son premier échec.

Christian Grégoire