Laurent Travers
L'entraîneur du Racing-Metro Bertrand Langlois | AFP - BERTRAND LANGLOIS

Travers: "Un fonds de commerce solide"

Publié le , modifié le

Le Racing-Métro s'est construit "un fonds de commerce solide", s'est félicité l'entraîneur Laurent Travers, attendant d'ajouter à la rigueur défensive l'efficacité offensive samedi (19h00) en Coupe d'Europe sur le terrain des Gallois des Scarlets, "une équipe joueuse".

La victoire contre Clermont (13-9) dimanche dernier avec une grosse  prestation défensive vous a-t-elle donné de l'élan?
Laurent Travers
: "Ce match va compter pour la suite. Il y a ce qu'on appelle un fonds de  commerce, et ce fonds de commerce, on l'a vu. Il est solide, on voit que les  joueurs on envie de construire ensemble. Maintenant, il faut que ce liant  prenne et qu'on puisse être beaucoup plus efficace offensivement".

L'idée de gagner avec un jeu séduisant vous paraît-elle dérisoire?
L T
: "On n'est pas là spécialement pour séduire. On est surtout là pour  gagner. Et quand on gagne, c'est beaucoup plus facile. Après, tout dépend ce  que vous appelez être séduisant. On peut être content d'avoir très bien défendu et ça peut être séduisant aussi. Il y a aussi des essais à zéro passe qui sont  très bien construits et qui sont aussi jolis que des essais à 13 passes".

Mais n'est-ce pas dangereux de se contenter de subir, de défendre?
L T
:" Là, c'est différent, vous avez raison. D'un point de vue de  l'efficacité, il faut qu'on se rende compte qu'on a des choses à améliorer, sur  lesquelles il faut qu'on soit beaucoup plus précis. Il faut qu'on soit capable  de garder le ballon beaucoup plus longtemps. C'est indispensable si on veut  espérer gagner des matches et en gagner beaucoup. Ca ne suffira pas de n'avoir  que la défense. Mais la défense c'est aussi une fondation essentielle. A partir  de là on peut construire. On sait très bien qu'on est loin d'avoir rendu une  copie propre, que Clermont pouvait très bien gagner ce match. Et de la façon  dont cela s'est passé, peut-être que si on joue dix fois ce match on le perd  huit fois. Mais on a montré une solidarité, un état d'esprit, un enthousiasme  défensif que peut-être personne n'imaginait".

Les difficultés entr'aperçues en mêlée fermée vous inquiètent-elles?
L T
: "Que la mêlée ait pu être ballottée, c'est vrai. Qu'on ait pu être  sanctionné sur la mêlée, oui. Qu'on ait besoin de travailler la mêlée, qui est  une rampe de lancement essentielle, oui. On ne va pas se réfugier derrière les  nouvelles annonces mais peut-être qu'on a plus de mal que les autres à s'y  adapter. On ne se cache pas".

Vous attendez-vous à ce que Llanelli vous propose une prestation identique à celle de Clermont?
L T
: "C'est une équipe qui met beaucoup de volume, qui déplace énormément le  ballon, qui met énormément de vitesse dans son jeu. Après, je pense que  Clermont a pu prouver sur le passé qu'ils étaient sur du très, très haut niveau  et Llanelli, c'est du très haut niveau".

La victoire de Llanelli (33-26) chez les Harlequins vous a-t-elle  surpris?
L T
: "Non. D'abord parce qu'on était dans la même poule l'année dernière  (en fait il y a deux ans, avec Castres, dont Laurent Travers était entraîneur, ndlr). On avait fait un très gros match chez eux. On était à deux doigts de  tuer le match et on avait été pris en contre par un essai de 90 mètres. Ils s'étaient mis à jouer à partir de ce moment-là et on avait été en difficulté  (défaite 31-23). C'est une équipe très joueuse. Vous avez l'impression que vous pouvez les prendre, les battre, que vous êtes bien dans le match et puis il  vous échappe. Il faudra être précis, constant et très engagé. Il va falloir les  obliger à faire un petit peu de combat".